Télévision Le présentateur vedette du sport à la RTBF passe chez Belgacom TV. C'est une page du football qui se tourne.

BRUXELLES La nouvelle a de quoi marquer les esprits, mais pas de quoi réellement étonner: Marc Delire a signé chez Belgacom TV.

Après avoir perdu la Ligue des champions et les matches des Diables Rouges, la RTBF doit donc se séparer du journaliste sportif le plus à même de commenter le sport dont la chaîne publique tirait autrefois sa fierté.

Cela faisait un petit temps maintenant que Marc Delire avait des fourmis dans les jambes. Fils d'un footballeur célèbre, l'international Michel Delire, et passionné de foot, il n'avait plus aucun grand match à se mettre sous la dent au boulevard Reyers depuis quelques années. La possibilité de son transfert vers RTL-TVi avait été évoquée il y a quelques années, lorsque le groupe privé avait lancé une offensive efficace sur le sport, mais sans qu'aucune suite y soit donnée.

Le plan Magellan n'avait pas arrangé les choses, évoquant la possibilité de relocaliser la rédaction sportive à Charleroi, au grand dam des journalistes concernés, y compris Marc Delire. Ceux-ci avaient même menacé de quitter la RTBF s'ils devaient déménager.

Mais c'est probablement la possibilité de commenter les grands matches du championnat national belge sur Belgacom TV qui a dû séduire cet amoureux du ballon rond.

Contacté hier par nos soins, il n'a pas tenu à faire de commentaire. Quant à son directeur Michel Leconte, il n'était pas au courant de la nouvelle mais confiait que si elle se vérifiait, il n'était pas fort surpris.

Marc Delire officiait depuis plus d'une décennie à la RTBF et avait vite marqué les esprits par son style franc et parfois mordant. Un style qu'on croyait l'apanage de la chaîne publique. Mais il va falloir désormais se tourner vers Belgacom TV pour pouvoir écouter ses commentaires.

Un départ qui ne manquera pas de faire grand bruit dans les couloirs de la RTBF et qui donnera peut-être l'idée à d'autres personnes de quitter une chaîne pour qui la rentrée s'annonce difficile.

© La Dernière Heure 2005