Télévision Patrice Goldberg fête les vingt ans du magazine de vulgaristation scientifique sur La Une

Les félicitations sont de mises pour Matière grise. Le magazine de vulgarisation scientifique soufflera, en effet, ses vingt bougies, le mercredi 21 mars prochain sur La Une. Une soirée qui se déroulera en deux parties. " Dans un premier temps, nous organisons une soirée de gala privée lors de laquelle plusieurs scientifiques et chercheurs talentueux qui ont accepté de s’impliquer dans la vulgarisation scientifique recevront des trophées. Il y aura douze lauréats dont trois seront choisis par le public ", nous explique Patrice Goldberg, présentateur de Matière grise depuis 18 ans. " Un numéro spécial sera, le même jour, diffusé sur La Une. Il reviendra sur les moments forts et extraordinaires du magazine. Je pense, par exemple, au reportage que nous avons fait en Antarctique, en 2008. Nous avons été les seuls à assister et participer à la construction de la base polaire belge, Station Princesse Elisabeth, reconnue sur le plan international. Nous allons montrer à Alain Hubert, explorateur polaire, le film que nous avions tourné à l’époque. Nous allons également revenir sur l’exclusivité mondiale que nous avions eue en filmant l’un des rares laboratoires P4 où l’on étudie les virus les plus dangereux comme Ebola. "

Ce numéro parle du passé mais également de l’avenir…

"Exactement parce qu’on y verra également plusieurs gens qui sont devenus chercheurs car, pendant leur adolescence, Matière grise leur en a donné l’envie. Le magazine a, en effet, suscité des vocations et cela me rend très fier parce que ces chercheurs, à qui Matière Grise a transmis le goût des sciences, pourront peut-être sauver des vies dans le futur. C’est ce qui donne tout son sens à mon métier et à mes choix professionnels."

Et vous, qu’est ce qui vous a donné envie de faire ce métier ?

"Adolescent, j’ai eu la chance d’avoir un professeur de biologie sévère mais très passionnant. Son cours sur le fonctionnement du corps humain m’a totalement marqué. Ça m’a donné envie d’en savoir davantage et surtout de transmettre. J’ai, dans un premier temps, pensé à être professeur, à mon tour, mais j’avais envie de créer des vidéos et de faire du journalisme. Grâce à la RTBF, j’ai la chance de combiner les sciences et le journalisme. Je ne pouvais pas rêver mieux."

Est-ce que lors de cet anniversaire, vous rendrez hommage à Paul Danblon, pionnier du journalisme scientifique à la RTBF, décédé le 8 février dernier ?

"On n’en parlera pas dans le numéro hors-série car il n’a rien à voir avec Matière grise . Il a d’ailleurs quitté la RTBF une dizaine d’années avant la création de l’émission. Mais, nous sommes bien sûr les héritiers de ce qu’il a fait pendant une bonne trentaine d’années au sein de la RTBF. Pour moi, c’est un peu comme mon grand-père spirituel. On lui rendra donc hommage lors de la soirée de gala."