Télévision Les deux Reporters sont partis au front… de mer pour savoir si les francophones étaient persona non grata à la côte belge.

"Pour cette première de la saison , Christophe Deborsu m’a fait part de son envie de faire partie de Reporters ", explique Michael Miraglia, le présentateur de l’émission depuis un an . "Le but n’était pas de faire un dossier tabou parce que Monsieur Bye Bye Belgium est là. Il est venu sans vouloir mettre de l’huile sur le feu."

En effet, l’animateur de talk-show dominical (Ce n’est pas tous les jours dimanche) est parti enquêter au littoral de la manière la plus neutre possible. Objectif ? Savoir si les francophones étaient toujours les bienvenus à la côte belge.

En comparant des témoignages parfois édifiants ("On aurait dit qu’on dérangeait") sur la discrimination des francophones - mais au final anodins voire isolés - à la fois en France ("où la frontière est de plus en plus vague") et en Flandres, mais aussi de néerlandophones qu’il embarque du côté de Dinant, le résultat est éloquent. Au-delà du mal de mer évident provoqué par des réflexions parfois proches de l’apartheid et un cas d’agression physique sur un Wallon, la différence culturelle - et le manque flagrant de bilinguisme - est souvent encore plus forte de notre côté de la frontière linguistique. "Il y a des incidents. On ne les édulcore pas mais il faut aussi relativiser les choses", insistent les deux comparses. Si ce numéro de Reporters tire parfois vers Strip-Tease, qui mieux que Christophe Deborsu - journaliste francophone qui a travaillé à la télé flamande et marié à une néerlandophone - pouvait traiter pareil sujet ? "Il n’est d’ailleurs pas exclu qu’il revienne dans l’émission pour des reportages du même type", confirme Michael Miraglia.

Miraglia aussi sur Bel RTL

Dès la semaine prochaine, le présentateur rejoint aussi l’équipe des chroniqueurs de Sandrine Dans, dans Faut qu’on en parle, du lundi au vendredi (entre 8 h 30 et 10 h 30), sur Bel RTL.

Depuis le départ de Fanny Jandrain à la RTBF, une place restait en effet vacante. S’il avoue qu’il lui manque encore quelques réflexes radiophoniques, l’animateur montois a pourtant déjà été le joker de Thomas Van Hamme, l’an dernier, dans les Week-end Bel RTL. Bref, Michael Miraglia semble être sur la même longueur d’ondes que ses camarades.