Télévision

Rosette Ghislain, élue en 1955, reste discrète sur le sujet avec ses proches

KNOKKE Être Miss Belgique reste souvent une fierté mais que certaines Miss ont préféré garder pour elles. La petite-fille de Rosette Ghislain, âgée de 12 ans, n'a appris la nouvelle qu'il y a deux ans !

Vous êtes la plus ancienne ce soir. Comment le vivez-vous ?

"Je n'avais pas envie d'être là. Il y a trop longtemps, donc je ne me sens plus du tout de ce monde. L'élection à notre époque était beaucoup plus simple, elle se faisait en une journée ! Il n'y avait pas ce côté publicité qu'il y a maintenant. Je n'ai reçu aucun cadeau, sauf une bouteille de Martini de 5 litres et un bouquet de fleurs !"

À l'époque, comment êtes-vous rentrée dans le concours ?

"C'est vraiment un concours de circonstances ! Miss Belgique 1954 venait pour l'élection de Miss La Louvière et avec des amies nous nous étions déplacées pour la voir. Pour nous, c'était une grande vedette qui venait. Il n'y avait pas assez de participantes et mes amies m'ont inscrite. C'est comme cela que ça a démarré. J'ai été Miss La Louvière, puis Miss Hainaut et j'ai ensuite dû aller à Miss Belgique. Je dis bien que j'ai dû y aller car mes parents étaient contre !"

Comment avez-vous fêté votre victoire ?

"Vous n'allez pas y croire mais j'avais des amis qui passaient leurs vacances au camping pas loin d'ici. Après le départ de mes parents, je les ai rejoints là-bas et j'ai dormi au camping avec eux."

En parlez-vous parfois à vos petits-enfants ?

"Non, jamais ! Très peu le savaient. Ma petite-fille m'a dit en voyant de vieilles photos : "Oh mamy, c'est dommage que tu ne sois pas restée comme ça ! Ils étaient très contents que je vienne ici ce soir, c'est eux qui m'ont poussée à venir."

Cela a-t-il changé votre vie ?

"Oui, j'avais arrêté l'école à 14 ans et j'étais ouvrière. J'ai été propulsée dans le monde de la mode. Je suis devenue mannequin et par la suite j'ai eu mes propres collections. Cela a changé ma vie, c'est évident."



© La Dernière Heure 2009