Télévision

Le village de Moen, où vit Alexia Coussement, se trouve à 12 km de Courtrai. Elle a 23 ans et, avec son mètre 60, elle est la plus petite, en taille, des trente finalistes de Miss Belgique 2018.

Alexia a étudié l’histoire et l’histoire de l’art à Louvain et elle est, actuellement, à la recherche d’un boulot : "Je cherche un job dans le monde de la culture. Dans l’absolu, mon rêve serait de travailler dans un musée. Mais c’est un emploi difficile à trouver. Et pourtant, j’ai terminé première de ma promotion, sans jamais de deuxième session."

Elle parle très bien le français : "Dans ces études que j’ai faites, nous devions lire des livres d’histoire parfois en français, parfois en anglais."

C’est un ami qui lui a conseillé de s’inscrire à Miss Belgique : "Comme je n’avais pas de boulot, j’avais du temps. J’ai donc suivi le conseil et je me suis retrouvée deuxième dauphine du concours Miss Flandre Occidentale, parmi cinq ou six favorites. Finalement, je suis contente d’être là. C’est une belle expérience et, pour ce qui me concerne, cela me donne l’occasion d’améliorer encore mon français. Et puis, les gens ont des clichés par rapport à ces concours. Sait-on qu’ici, on regarde aussi l’intelligence ? Depuis que je suis inscrite, j’ai déjà entendu plusieurs questions sur l’Histoire de la Belgique."

Ses atouts ? "Je suis gentille, sociable, optimiste. Je ne ferai jamais de mal à personne. Et je pense être intelligente."

Ses parents sont des indépendants : "Ils ont une entreprise, Eurozip , qui vend des tirettes." Son petit ami, lui, étudie la chimie à l’université de Louvain.

VOTER POUR ALEXIA par SMS au 6665 Votez MB01