Télévision Les Spice Girls de Miss Belgique est un groupe privé Facebook qui a été créé pour évincer du jeu la favorite francophone.

"Je ne comprends pas du tout la polémique sur l’instagram de Romanie !, déplore Darline Devos qui ne compte pas destituer sa reine de beauté pour les accusations racistes dont Miss Belgique fait l’objet (un émoticone en forme de caca, jugé raciste par les internautes sur un selfie de son compte Instagram où une personne de couleur noire se trouve à l’arrière-plan, cfr. dh.be.) et dont les réseaux sociaux - même si la photo en question a été suprimée - sont aujourd’hui inondés de ces fameux "cacas" ou de commentaires du style "elle doit remettre sa couronne ! Miss Luxembourg (Marine Toussaint, NdlR) avait été destituée pour moins que ça."

à savoir une vidéo jugée par Darline Devos comme injurieuse envers ses camarades et l’élection et dont Images à l’appui remettait le procédé en doute hier soir sur RTL-TVI. "J’ai posté cette photo parce que je l’aimais et je voulais la montrer à mes amis, a communiqué Romanie Schotte. Je suis ouverte à toutes les cultures et pour tous les gens. Mon père travaille en grande partie en Afrique, je ne pourrais jamais être raciste. Je suis désolée si j’ai fait du mal à quelqu’un et aux gens qui se sentent insultés par la réaction que quelqu’un a mise sur ma page Facebook. J’aimerais m’excuser à tout le monde qui se sent agressé. Je veux devenir une bonne Miss Belgique."

Miss Belgique sans polémiques n’est donc pas Miss Belgique. Après une élection axée "flamande" ou ces accusations de racisme envers la nouvelle Miss Belgique ("c’est une erreur le caca, confie la présidente du concours, il a été utilisé comme un smile et pas du tout dans un sens négatif. Romanie n’est pas raciste !"), place à un nouveau scandale au cœur des miss.

Un harcèlement qui aurait pu faire capoter l’élection

"Vous savez, entre miss, on s’aime bien en façade, balance la mère de la finaliste et grande favorite (alias la miss Hainaut Noémie Depré) francophone du concours de beauté. À partir du moment où l’on a mis sur le podium une des candidates responsable des faits, faut en parler."

Et ces faits sont les suivants: début du mois d’octobre, juste avant le voyage préparatif en Crète, un groupe privé Facebook (Les Spice Girls de Miss Belgique) a été créé par un groupe de candidates francophones. "Il servait à mettre au point un plan pour harceler Noémie et la discréditer auprès du comité, explique cette mère choquée qui, malgré être en possession des screenshots compromettants, ne compte pas porter plainte (du moins, pour l’instant). Elles avaient échafaudé un plan pour qu’elle soit complètement mise à l’écart du groupe vu qu’elle était la favorite depuis le début. Plus personne ne lui adressait la parole." Un commentaire disait, par exemple: "Genre, quand Darline ou quelqu’un arrive près de nous, on fait genre: Bah pourquoi Noémie elle reste tout le temps toute seule?

© D.R.
 
© D.R.

De Miss Hainaut à miss haineuse ?

D’où ce fameux clash en Crète sur la plage où une finaliste avait traité de "sale pute" la favorite du Hainaut au vu de son soi disant comportement ou de sa insociabilité. Quant aux messages de ces Spice Girls du web, ça ne volait pas très haut. "Une vraie connasse", "elle est même pas belle, c’est du caca", "elle me fait chier", "Miss Peste", "une miss comme ça, ça me dégoûte", sans compter les moqueries et autres foutages de gueule sur ses habits ou publications. "Au départ, ce sont des gamineries mais les messages audio sont choquants. Elles l’ont isolée et poignardée en permanence, c’était destructeur et humiliant. On dépasse le cadre de ce qui est permis entre candidates et dans le respect de leur contrat."

Si le comité a pris l’affaire au sérieux en essayant de percer l’abcès (car certaines se seraient suicidées pour moins que cela), "Darline Devos n’a pas voulu éjecter dix francophones d’un coup sur treize. Je peux le comprendre, voire l’admettre, car il était un peu tard mais de là à foutre une des meneuses du groupe (Eva Mira, Miss Liège et 2e dauphine de Miss Belgique, NdlR) sur le podium final… c’est fort !"