Télévision Norbert tient à goûter tous les plats suspects de ses invités dans Norbert, commis d’office sur RTL-TVI

En 2012, Norbert Tarayre nous avait marqués dans Top Chef, concours culinaire télévisé duquel il finit en troisième place du classement final. Depuis, le cuistot français en a fait du chemin. Propriétaire de cinq restaurants, celui-ci a déjà eu l’occasion de partager sa passion en devenant animateur dans plusieurs émissions. À la rentrée, Norbert fait sa rentrée sur RTL-TVI avec Norbert, commis d’office, programme (déjà diffusé depuis quatre ans sur M6) dans lequel le chef démasque de véritables criminels de la cuisine. Et ce n’est pas fini puisque l’ex-candidat de Top Chef sortira sa bande dessinée Norbert en cuisine en novembre prochain et prépare une pièce de théâtre "proche de Very bad trip", pour fin 2018.

Comment l’émission Norbert en cuisine est-elle née ?

"Je n’ai jamais osé dire à ma belle-mère que ses rognons au Porto n’étaient pas bons. C’est à ce moment-là que j’ai eu l’idée de faire Norbert, commis d’office . Je trouvais ça drôle de pouvoir dénoncer ses proches. Elle, je ne l’ai jamais dénoncée parce que si je le fais, je vais me prendre un coup de bâton sur la tête !" (rires)

Vous goûtez absolument tous les plats faits par vos candidats ?

"Oui, parce que ça fait partie de mon emploi. Parfois, c’est dégueulasse, il faut l’avouer ! Quand vous testez des gnocchi aux moules avec du Nesquik, je peux vous dire que vous vous sentez mal…"

Leur apprenez-vous ensuite à revisiter leur plat de sorte à ce qu’il soit facile à faire ?

"Oui, je veux une cuisine astucieuse, pas technique. Pour des plats Whaou !, il y a Top Chef… "

D’ailleurs, regardez-vous encore Top Chef ?

"J’ai regardé quand l’émission a changé de jurés. Mais j’avoue que pour le moment, je ne regarde plus. J’aime davantage Cauchemar en cuisine ou encore Le Meilleur Pâtissier ."

À la maison, c’est vous qui cuisinez ?

"Non, c’est Madame. Moi, je cuisine en vacances. Mais, vous savez, j’aime les choses très simples comme le gratin de macaronis ou le carré d’agneau. Je ne suis vraiment pas quelqu’un de difficile."

Pourriez-vous arrêter la cuisine pour vous consacrer à la télévision ?

"Non, je ne pourrai jamais m’arrêter de cuisiner parce que c’est le lien qui nous lie tous. Les plus beaux moments, les plus grandes décisions sont pris autour d’une table."

Avez-vous le projet d’ouvrir un restaurant en Belgique ?

"Non, vous avez déjà plein de bons chefs chez vous. On m’a demandé d’aller à Bordeaux mais il y a déjà Philippe Etchebest ou encore Joël Robuchon. Je n’aime pas marcher sur les plates-bandes des autres. Mais je mange volontiers vos spécialités culinaires. J’adore la frite, par exemple."