Télévision Philippe Delusinne, patron de TVi, conteste certains des propos tenus par l'ancien directeur des achats de films et séries

BRUXELLES Comme on pouvait s'y attendre, notre article sur le licenciement pour faute grave de Jean-Paul Delcomminette, jusqu'alors directeur des acquisitions à RTL-TVi, a fait grand bruit. Dans nos éditions de vendredi, M. Delcomminette contestait son licenciement et expliquait son intention d'aller en justice pour obtenir ses indemnités. Au passage, il s'en prenait à la nouvelle direction de la chaîne, en place depuis deux ans et demi.

Des propos auxquels Philippe Delusinne, patron de RTL-TVi, a tenu à réagir hier depuis Athènes, où il se trouvait pour la journée. Sans vouloir évoquer dans le détail les motifs qui ont conduit à cette mesure, Philippe Delusinne défend la décision qui a été prise. «Croyez-moi, nous sommes conscients qu'un licenciement pour faute grave ne se prend pas à la légère. Si on l'a fait, c'est qu'on avait de bonnes raisons. Je regrette que M. Delcomminette ait lui-même créé les conditions rendant sa présence impossible dans l'entreprise. Il avait disparu virtuellement de RTL depuis fin septembre. Il n'est revenu qu'au printemps de façon éphémère. D'ailleurs, je conteste ses propos lorsqu'il endosse la paternité des programmes de Plug TV ou de la grille de rentrée de RTL. Tout cela s'est fait sans lui. Ce qu'il dit n'est pas très correct par rapport à des gens comme Patrick Vandenbosch ou Erwin Lapraille, qui ont fait tout le boulot alors qu'il n'était pas là.»

Et puis, en dehors du fond de l'affaire, le patron de TVi semble avoir été particulièrement agacé par les critiques assez virulentes de Jean-Paul Delcomminette à l'égard du nouveau management. «Chacun jugera la portée de ces attaques personnelles au regard des résultats que nous réalisons.» Clairement, les deux hommes ont une vision diamétralement opposée de l'affaire. On ne voit plus comment le dossier ne terminera pas devant les tribunaux...

© La Dernière Heure 2004