Télévision Après une fin de carrière en eau de boudin au Standard, l’ancien international français s’est reconverti sur les plateaux de télévision

C’est ce qu’on appelle une entrée remarquée. Dans un paysage audiovisuel footballistique français où les chaînes se disputent les champions du monde, considérés comme la crème des consultants, Olivier Dacourt a réussi une belle percée.

L’ancien Standardman et ex-international (21 sélections), qui, depuis sa précipitée fin de carrière à Sclessin, s’occupe de sa maison d’édition de catalogues d’art, s’est lancé cet automne sur les ondes de la radio RMC dans l’émission de Luis Fernandez, Luis Attaque . Chaque jeudi après midi, il dit “tout haut ce que tout le monde pense” aux côtés de Luis Fernandez.

“On doit être le plus honnête possible”, confie Olivier Dacourt. “Je ne suis pas là pour casser les joueurs et les entraîneurs. Si le mec n’est pas bon, je dis qu’il est passé à côté de son match, pas qu’il est nul.”

L’ancien milieu (Strasbourg, Leeds, Roma, Inter, Standard...) prend aussi beaucoup de plaisir à parler de la Coupe de France dans la nouvelle émission Soir de Coupe , diffusée chaque soir de compétition sur Eurosport.

“Les péripéties de la Coupe, je les ai toutes vécues” , explique celui qui a gagné une Coupe de la Ligue avec Strasbourg et disputé quatre finales de Coupe d’Italie. Il prend son rôle très à cœur, regarde tous les matches, suit l’actualité des clubs.

“Il faut être sérieux, mais ne pas se prendre au sérieux” , sourit-il.

Reporter à Téléfoot

Sur sa lancée, Dacourt a débuté une collaboration avec Téléfoot dimanche dernier en ouvrant les portes de Man City .

“J’étais très impressionné. Je n’étais pas retourné dans un centre d’entraînement depuis un an” , confie celui qui a quitté le Standard il y a douze mois, en bisbrouille avec Laszlo Bölöni...

Une aventure qui lui a donné envie de continuer : “Je veux aller à la rencontre des grandes équipes et des grands joueurs.”

Et suivre le chemin télé de Dugarry ou de Lizarazu, ses anciens équipiers en équipe de France ?

“Eux, ils sont très bons. Je ne veux pas brûler les étapes. Je ne pourrais jamais commenter un match car je le vis à fond, je n’aurais pas de retenue.”



© La Dernière Heure 2011