Télévision Exclusif ! L’animateur de NRJ se lance dans le spectacle comique.

Depuis six ans, Olivier Duroy vous réveille tous les jours de la semaine de 6 h à 10 h dans Le Réveil Duroy sur NRJ. L’animateur de 38 ans, qui tient à ce "rendez-vous privilégié avec les auditeurs", a toutefois décidé de se frotter, en parallèle de son activité à la radio, à une autre discipline : l’humour.

En effet, l’acolyte de Bérénice dans la matinale de NRJ montera bientôt (il espère pour la rentrée 2017) sur les planches avec un premier seul en scène, écrit notamment par Brice Depasse, son confrère de Nostalgie. "Le fil rouge de ce spectacle tient en une phrase : Croyez en vos rêves ! J’y passerai en revue mon parcours, de mes tout débuts à aujourd’hui sur NRJ, en parlant également des embûches que j’ai rencontrées", nous explique Olivier Duroy, qui, outre ce projet de spectacle comique, est actuellement en tournage pour le court-métrage Hérésis, produit par Anaël Ca et Ludovic Daxhelet, dans lequel il tient l’un des rôles principaux au côté de Jill Vandermeulen, animatrice de RTL-TVI.

Tourner dans un film, c’est une première pour vous…

"Oui mais j’ai l’habitude de jouer la comédie dans des sketchs sur NRJ. J’ai quand même réfléchi avant de me lancer, car le personnage que j’y joue est totalement à l’opposé de ce que je suis à la radio. C’est quelqu’un de machiavélique alors que je défends les valeurs de la bonne humeur à l’antenne. J’ai donc demandé l’avis des auditeurs. Ils m’ont dit : ‘Vas-y !’ donc j’ai accepté."

Depuis six ans, vous vous levez aux petites heures pour animer Le Réveil Duroy. Toujours pas lassé ?

"J’habite à Éghezée, dans la Province de Namur. Je me lève donc, tous les matins, à 4 h 30 pour venir travailler chez NRJ à Bruxelles. Je suis un couche-tard, je ne dors que quatre heures par nuit et je me rattrape le week-end (sourire). C’est un train de vie qui me correspond pour le moment. Je ne quitterai d’ailleurs jamais Namur pour me rapprocher de mon lieu de travail."

Qu’est-ce qui vous plaît dans l’animation d’une matinale ?

"Ça crée une réelle proximité avec les auditeurs, à qui l’on veut vraiment dire qu’il faut profiter de la vie même si l’on est dans un climat anxiogène pour le moment, qu’il faut continuer à croire en ses rêves. Je vis tellement de belles choses avec les auditeurs et l’équipe du Réveil Duroy . Jamais, depuis six ans, je n’ai traîné les pieds en venant travailler. L’émission, c’est comme un gros barbecue avec plein d’amis. Et, en parlant de barbecue, je pense en faire un chez moi, en juin, pour mon anniversaire, avec les auditeurs et quelques artistes."

Est-ce qu’il y a un âge maximum pour animer une émission "jeune" telle que Le Réveil Duroy ?

"Pour animer ce genre d’émission familiale et tout public, il faut continuer à garder un esprit jeune. Mes enfants de 10 et 13 ans, par exemple, m’écoutent à la radio. Ils pensent que mon métier, c’est de faire le rigolo." (rires)