Télévision

Le philosophe et écrivain Alain Finkielkraut était invité d'ONPC ce samedi 25 novembre, tout comme l'humoriste Camille Chamoux. Deux personnalités fortes qui se sont opposées au cours d'un échange plus ou moins tendu. 

"Quand on vous écoute, on n'a pas l'impression d'avoir un écrivain féministe sur le plateau", a lancé Laurent Ruquier à Alain Finkielkraut venu défendre son livre "En terrain miné".

"Moi, je suis plus que favorable à toutes les grandes conquêtes féministes : le fait pour les femmes d'avoir une chambre à soi, d'accéder à tous les métiers, d'être entrées dans la sphère publique. Je pense que c'est une libération bien heureuse pour elles et également une chance pour les hommes. Ma mère était une femme au foyer. (...) Je n'ai aucun mépris pour les femmes qui ont vécu ainsi. Je sais la part de renoncement qu'il y a dans ce dévouement. Moi je suis à la maison, ma femme va dans le monde. Je suis un "househusband". On ne peut pas me faire ce procès."

C'est à ce moment que Camille Chamoux, venue parler de son spectacle "L'esprit de contradiction" a tenu à prendre la parole pour, elle aussi, livrer sa façon de penser. "Je ne comprends pas pourquoi vous hiérarchisez les combats et les causes. Vous opposez #BalanceTonPorc à votre quête, votre obsession, votre marotte qui est qu'il faut dégoter le sexisme dans tous les endroits où la cause est l'islam. Dans ma vie de femme, j'ai été beaucoup plus souvent empêchée par un discours de mâle blanc paternaliste qui pense tout connaître et tout savoir que par un mec rebeu qui me harcèle dans la rue. Cela m'est bien entendu aussi arrivé. Et quand cela arrive, je lui réponds. Mais maintenant j'ai aussi envie de répondre à papy Finkielkraut qui nous dit des vérités depuis tout à l'heure sur des proportions de choses. Oui les femmes ont maintenant, et merci de nous l'accorder, une chambre à elles et une pensée."

Un discours applaudi par le public qui a toutefois remis le feu aux poudres car, quand l'humoriste continue en suggérant au philosophe de "sortir plus souvent de chez lui", elle s'attire les foudres de Yann Moix. 

Les chroniqueurs ne seront pas restés en dehors de ce "règlement de compte" très longtemps.