Télévision Patrick Timsit a mis 30 ans pour adapter en spectacle l’œuvre d’Albert Cohen, "Le Livre de ma mère"

"Parfois, le déclic se fait sur l’échéance de la vie", confesse l’humoriste de 58 ans qui présentera bientôt en Belgique le manuscrit puissant et intime - le deuil d’un fils meurtri par l’absence et la solitude - d’Albert Cohen, Le Livre de ma mère. "Ma mère est encore là, elle est âgée... Je me suis demandé : hommage ou raison ? J’ai opté pour l’hommage. Je me suis dit, c’est maintenant. J’ai eu besoin de toutes ces années pour avoir une maturité. Pas celle d’un d’homme car je ne suis pas certain d’être encore mûr (sourire), mais une maturité professionnelle pour pouvoir aborder un texte proprement littéraire, onirique, poétique et dur. En faire un spectacle, sans le trahir et pour lui rendre service, ce n’était pas évident... Il s’agit d’émotion pure, de ne plus avoir besoin de faire de démonstration d’acteur ni de style !"

Auriez-vous peur du spectacle de trop en humour ?