Pauwels: "Il y aura une deuxième saison"

Interview > Frédéric Seront Publié le - Mis à jour le

Télévision

Alors qu’il reçoit Sulitzer et Dani Klein, Pauwels fait le bilan de sa première année des Orages de la vie et répond aux attaques

BRUXELLES Mine de rien, on arrive déjà en fin de saison. Ce soir, c’est ainsi déjà le septième numéro des Orages de la vie . Le dernier avant l’été. Une émission qui a démarré en trombe (jusqu’à 700.000 téléspectateurs !), pour baisser lors des deux derniers numéros. Le point s’imposait avec Stéphane Pauwels.

Tout d’abord, pourquoi avoir choisi Dani Klein et Sulitzer comme invités ce soir ?

“Pour Dani Klein, c’était vraiment un sujet que je voulais aborder, celui des femmes battues. Et je pense que seule une femme qui l’a vécu peut en parler. Le but n’est pas de faire du voyeurisme avec Dani Klein en pleurs qui s’apitoie sur son sort. Vous ne verrez pas ça. Elle en parle au contraire avec beaucoup de dignité. Ce qui m’intéressait, c’est qu’elle explique comment elle en est arrivée là. Je pense que c’est un message pour toutes les femmes. À titre personnel, qu’un type puisse taper sur sa compagne, ça me dépasse !”

Le courant est visiblement bien passé…

“Oui, pourtant je ne l’avais jamais rencontrée avant. Je suis immédiatement tombé sous son charme, sa bonne humeur. Et puis quelle voix, quelle chanteuse ! Je vais rester en contact avec elle.”

Et avec Sulitzer, ça s’est passé comment ?

“C’est plus particulier, car je suis davantage un homme du peuple que quelqu’un de bling-bling. Ce n’est pas mon type de personnage, ni d’univers. Ses problèmes financiers, je me dis qu’il les a un peu cherchés. Quand on a une telle soif de pouvoir et de l’argent, ça finit par vous retomber sur la gueule. Certains des orages qu’il a récoltés, c’est parce qu’il les avait semés. Par contre, ce qui me touche plus, c’est le fait que son ex-femme lui ait enlevé ses enfants. Là, on sent qu’il est sincère, touchant. Même hors caméra, il m’en parlait tout le temps. On voit qu’il est blessé.”

Venons-en au bilan de la saison. Le dernier numéro a connu une forte baisse d’audience !

“Ça m’énerve tout ce que j’ai lu dans la presse à ce sujet. Pour moi, le reportage sur Julos Beaucarne était une super-émission. J’en suis fier. Je ne regrette absolument pas. Il y a plein de gens qui l’ont découvert grâce aux Orages de la vie. Je connais un ami dont la fille a dû apprendre un texte de Beaucarne suite à l’émission. Rien que pour ça, c’était important. Après, je trouve débile que certains s’extasient quand le service public fait 150.000 téléspectateurs avec un programme culturel et me descend quand je fais 380.000 personnes en mettant en valeur un chanteur wallon ! L’erreur a peut-être été de le mettre dans la même émission que Florence Arthaud qui était plus faible.”

Mais est-ce que vous n’avez pas déjà épuisé tous les invités les plus forts lors des premiers numéros : Frédéric François, Barzotti, Jean-Denis Lejeune, Mike…

“Je ne vais pas faire Jean-Denis toutes les semaines. Et il fallait des invités forts pour lancer le programme. Mais on aura toujours des histoires fortes. Il y a plein de personnes connues qui ont connu des orages que le grand public ignore. Je réfléchis aussi à l’évolution de l’émission. On pourrait imaginer que dans le même numéro on fasse une personnalité connue pour le premier reportage et un quidam pour le deuxième. J’ai au moins 10 mails par semaine de personnes qui me racontent des orages terribles qu’elles ont vécus.”

On vous contacte donc directement ?

“Oui ! J’ai eu Patricia, la femme vitriolée, qui m’a contacté par Facebook. Elle aimerait que je lui consacre un reportage. Je trouve que c’est encore un peu trop tôt après le procès, mais on la fera.”

Il y aura une saison 2 ?

“Oui, c’est prévu. Stéphane Rosenblatt me l’a confirmé.”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner