Télévision Philippe Delusinne, le patron de RTL Belgium, réagit à la citation en justice de Stéphane Rosenblatt, le directeur de la télévision.

C’est un Philippe Delusinne à la fois décontracté et déterminé que La Libre Belgique a interrogé, ce vendredi, au lendemain du coup de tonnerre qui a frappé le sommet de RTL Belgique. Jeudi, l’avocat de Stéphane Rosenblatt, le directeur historique de la télévision du groupe privé, a déposé une citation en référé devant le tribunal de travail de Bruxelles. M. Rosenblatt s’estime lésé par des changements intervenus dans ses attributions et demande à les récupérer.

Tout en restant directeur de la télévision (RTL-TVI, Club RTL et Plug RTL), Stéphane Rosenblatt a dû céder la responsabilité des contenus de Bel RTL au profit d’Erwin Lapraille (ex-directeur du marketing). À aucun moment dans ses réponses, M. Delusinne ne cite le nom de Stéphane Rosenblatt.

Avez-vous revu Stéphane Rosenblatt depuis jeudi matin et l’annonce de la citation en justice ?

"Non. Jeudi, j’étais à Paris toute la journée. Mais j’étais au courant de cette citation depuis dix jours. Je n’ai donc pas été surpris. Ce que je n’avais pas du tout prévu, c’est qu’il médiatiserait la chose. Il avait invité deux journalistes sur place pour entendre la plaidoirie de son avocat avant même que le juge des référés reçoive le dossier. C’est assez particulier. Il a donc choisi la voie d’une médiatisation à outrance du dossier. Je ne souhaite pas me mettre en défaut par rapport à une décision de justice qui se prendra apparemment le 12 juillet après les plaidoiries. Sachez en tout cas que c’est avec beaucoup de force et de détermination qu’on ira défendre le point de vue de l’entreprise par rapport à quelqu’un qui défend ses intérêts personnels."