Télévision .Le télécrochet prend un virage moins acerbe et plus dans la sensiblerie.

Ce dimanche, Nouvelle Star démarrait (enfin) sur RTL-TVI avec une présentatrice de charme, la talentueuse Shy’m. La chanteuse a relevé le défi de l’animation en apparaissant tout à fait à l’aise autour des candidats de la saison.

Cette première émission avait pour cœur de cible la sensibilité. Mais, il y a mise en scène et pathos. Parfois, la production a même poussé la présentation des candidats à son paroxysme. Pourtant, Carla n’avait pas besoin de sa sœur jumelle - qui a fait quatre heures de route - pour se qualifier. Son timbre de voix, sur une reprise de Je te le dis quand même de Patrick Bruel, a suffi. Après la prestation d’Emy, 17 ans, même Benjamin Biolay a dit : "J’ai failli pleurer. Mais je ne le fais pas à la télé."

Cœur de Pirate n’en a eu cure. L’histoire du Vénézuélien de 19 ans, Yadam, qui a décroché un voyage pour la France grâce à une chanson de l’artiste québécoise a fait naître des torrents de larmes.

Entre deux moments de sensiblerie, il y avait également des qualifications plus traditionnelles. Comme celle de Madeleine qui a épaté le jury sur une chanson bilingue. Sa reprise de Boa sorte a permis à la jeune fille originaire de Rabbat de décrocher le premier Star Pass de la saison. C’est le cas également de Lilou, une lycéenne de 17 ans venue d’Albi qui a repris du Adèle.

Dixon, Indy Eka, Eto et d’autres ont aussi marqué les esprits parmi les huit candidats sélectionnés lors de ce premier épisode.

Ce qui est dommage, c’est que cette nouvelle mouture de la Nouvelle Star, avec un jury compétent, n’a pas besoin d’une production qui ne laisse pas la place à l’émotion naturelle et à la surprise. Ce qui est pourtant la base de ce programme télévisé.