Rodrigo Beenkens: “Je ne suis plus sûr de finir ma carrière à la RTBF”

Interview > Alexis Carantonis Publié le - Mis à jour le

Télévision

Le journaliste retâte la joie des matches en direct. Mais ne cloue pas son destin à celui de la RTBF, où il officie depuis 20 ans

“Studio 1? Génial mais frustrant”


BRUXELLES Pour cause de “synergies” entre Belgacom Onze et la RTBF, c’est un joli cadeau que La Deux glisse sous le sapin de ses téléspectateurs ce soir : après le très bon La Gantoise – Anderlecht, c’est Cercle Bruges – Standard qui est à l’honneur. L’occasion pour Rodrigo Beenkens de repasser derrière le micro, en live. Une perspective de plus en plus rare, à Reyers… De quoi lui donner des fourmis dans les jambes ? Éléments de réponse.

Rodrigo, quelle semaine !

“Depuis une semaine, c’est pratiquement du foot deux soirs sur trois. Très bizarre, alors qu’on n’est plus réellement formatés à ce genre d’horaires, à la RTBF. Surtout pour moi, qui n’ai jamais eu pour habitude de travailler à Noël… Étant donné que je couvre chaque année le Tour de France plus, tous les deux ans, le grand tournoi de football auquel on a droit, c’est généralement une période où je me ressource. Pas cette année. Mais il serait bien indélicat de me plaindre : c’est pour l’adrénaline du direct et commenter des matches que je fais ce métier…”

Les directs et les matches à commenter, à la RTBF, se sont, avec le temps, de plus en plus réduits à une peau de chagrin…

“J’ai pu d’autant mieux l’observer qu’à l’époque où je suis entré dans la maison, la concurrence était nulle. C’est simple, en sport, la RTBF avait tout. Il est incontestable qu’aujourd’hui, le paysage audiovisuel n’est plus du tout le même. Le sport se répartit entre RTL, AB3, Exqi, la RTBF et occasionnellement Be TV. Vous dire que je n’ai pas une certaine nostalgie de cette époque, où mon père spirituel de métier, Roger Laboureur, m’a appris les ficelles, serait mentir. Ma femme non plus ne se fait pas à l’idée de m’avoir dans ses pattes les soirs de Coupe d’Europe. Mais on s’y fait. Et puis, comparativement aux autres chaînes publiques, la RTBF ne me semble pas si mal lotie. Puis, tous les deux ans, j’ai la chance de pouvoir commenter un Euro ou une Coupe du Monde. Inestimable.”

Tellement inestimable qu’on peut dire que sans ça, vous ne seriez plus à la RTBF ?

“Vous savez, on peut toujours se plaindre. Mais alors que d’autres collègues disent avoir souvent été approchés, personnellement, ce n’est pas mon cas. J’ai bien eu, il y a deux-trois années de cela, une petite touche sur une chaîne privée française. Mais rien de plus.”

Vous ne quitterez donc jamais la RTBF ?

“Vous m’auriez posé cette question il y a trois ans, je vous aurais dit non, à coup sûr. Je ne sais pas si c’est l’âge, mais mon point de vue a évolué depuis. Même si je suis heureux à la RTBF. La fenêtre, fermée à l’époque, est aujourd’hui ouverte à 180 °. À tel point que je suis ouvert à plein de choses…”

Ah bon ? On vous imaginait, vu votre passion, marié à la RTBF…

“À un moment, dans sa vie, il faut savoir remettre ses acquis en question. J’ai une immense admiration pour les gens qui osent prendre des risques pour les autres. Je garde en tête l’exemple de mon ex-collègue et ami Thierry De Bock, qui a plaqué la télé pour se lancer dans sa propre boîte, Bezoom TV, qui marche du tonnerre. Je n’ai peut-être pas sa témérité, mais il m’arrive de m’imaginer, moi aussi, commencer tout autre chose. J’ai une passion énorme pour la politique. Attention, je ne souhaite ni en faire ni en animer un débat. Je serais trop vif dans mes propos. À moins que cette perspective potentielle ne se situe sur les terrains ? Je ne sais pas. Mais une chose est sûre : je suis à l’écoute…”



© La Dernière Heure 2009
Interview > Alexis Carantonis

Betfirst - Livepartners

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Au travail, vous êtes habile pour proposer une idée ou présenter un projet sous son meilleur jour.

Taureau

L’ambiance n’est pas forcément au beau fixe dans votre cadre professionnel. Vous y êtes pour beaucoup, reconnaissez-le !

Gémeaux

En pleine crise de confiance avec votre partenaire ? Vous attendez que l’orage passe. Vous ne réagissez pas.

Cancer

Vous ne vous laissez pas mener par le bout du nez. Vous le faites très bien comprendre à vos proches.

Lion

Vos relations en général sont plus harmonieuses. Vous prenez le temps de vous intéresser aux autres.

Vierge

Vous êtes patient avec votre entourage. Tous n’ont pas votre expérience et votre motivation.

Balance

Côté cœur, vous êtes sincère, naturel, résolument gentil et disponible pour votre partenaire.

Scorpion

Vous vous heurtez à la mauvaise foi, voire à la méchanceté d’un membre de votre famille. Vous êtes profondément blessé.

Sagittaire

Vous ne pouvez plus nier le fait de vous être éloigné de l’être aimé à cause des problèmes liés à l’intendance ou aux enfants.

Capricorne

Il est temps de retrouver un peu d’intimité avec votre partenaire. Lâcher prise devient une évidence si vous voulez vous préserver.

Verseau

Tout va beaucoup mieux sur le plan financier. Vous commencez à renouer avec de beaux bénéfices.

Poissons

Vous faites une rencontre sentimentale qui remet vos projets professionnels en question.

Facebook