Télévision Après le douloureux plan social #Evolve, c’est au sommet du groupe que les frictions prennent une ampleur considérable.

Avis de tempête force 6 chez RTL Belgium. La situation semble des plus chaotique au sein du groupe audiovisuel. Après les larmes liées au plan #Evolve, on a appris jeudi que Stéphane Rosenblatt a cité son employeur en justice. Le directeur de la télévision reproche à la direction du groupe de lui avoir retiré sans concertation préalable la direction des programmes de la radio Bel RTL, fonction qu’il exerçait depuis un an.

Cette situation est le fruit d’un jeu de chaise musicale opéré au sein du groupe. Jusqu’à la mi-2017, Stéphane Rosenblatt était non seulement en charge de la télévision au sein de RTL mais aussi le directeur de l’information. Mais il y a un an, cette dernière attribution a été dévolue à Laurent Haulotte. En contrepartie, Stéphane Rosenblatt a hérité de la direction des programmes de Bel RTL qui a été retirée à Éric Adelbrecht, le patron du pôle radio du groupe.

Il y a deux semaines, on apprenait cependant que ce dernier était poussé vers la sortie. Il a perdu ses attributions (pour se voir confier une mission de consultance relative au plan fréquences à venir) au profit d’Erwin Lapraille, précédemment directeur du marketing de RTL. Celui-ci a non seulement pris en main la gestion de Radio Contact, de Mint et de Check, mais aussi celle de Bel RTL. Au détriment de Stéphane Rosenblatt qui, au final, se voit dépossédé d’une partie de ses fonctions. D’où la procédure en référé qu’il a intentée jeudi et qui vise à le rétablir dans ses attributions précédentes et dont le verdict est attendu le 12 juillet.

Dans un communiqué, RTL dit prendre acte et regretter l’action intentée par Stéphane Rosenblatt à son encontre malgré plusieurs tentatives d’apaisement et des propositions de conciliation. Le groupe explique avoir aménagé son comité de direction en nommant une personne exclusivement dédiée à la direction des radios, notamment pour résoudre au plus vite les problèmes d’audience rencontrés par Bel RTL.

Au-delà du problème que pose le respect ou non du contrat de Stéphane Rosenblatt, les tentions actuelles risquent surtout d’avoir des conséquences néfastes sur un objectif majeur martelé par RTL depuis l’annonce du plan #Evolve : le renforcement des synergies entre la radio et la télévision. Que l’actuel directeur de la télévision soit rétabli dans ses fonctions de directeur de programmes de Bel RTL ou non, lui ou Erwin Lapraille sortira perdant du bras de fer qui se joue actuellement. On imagine aisément toutes les difficultés que l’un et l’autre éprouveront ensuite à travailler ensemble. D’où l’avis de tempête…