Télévision

Les travailleurs de RTL Belgium sont "en colère, déçus, abattus", indique jeudi midi Fabian Duma, permanent de la CGSLB, à l'issue de l'assemblée générale du personnel lors de laquelle la direction a fait part de son intention de licencier 105 personnes.

"On ne comprend pas. La justification, on la trouve amère: c'est de l'anticipation." Les quelque 800 salariés et indépendants de l'entreprise ont toutefois repris le travail. Aucune action n'est prévue à ce stade, alors que s'ouvre la procédure d'information et consultation prévue par les règles "Renault" sur le licenciement collectif. A l'issue de l'assemblée générale du personnel, une cinquantaine de personnes se sont toutefois réunies à l'extérieur et ont chanté ironiquement "joyeux anniversaire", référence aux 30 ans de la chaîne RTL-TVI.

"Le personnel se pose beaucoup de questions. On peut parler d'un drame social", souligne Fabian Duma.

"On est face à une entreprise bénéficiaire", rappelle aussi Yves Flamand, secrétaire permanent du Setca. RTL Belgium doit prendre le virage de la digitalisation, admet-il. Mais "quand on est face à un problème, soit on l'affronte tous ensemble et on se serre les coudes, soit on sabre dans le personnel sans réfléchir plus loin. On a l'impression que RTL a opté pour la deuxième solution et ça nous choque", poursuit-il.

A partir de la semaine prochaine, un conseil d'entreprise aura lieu chaque semaine sur les différentes thématiques du plan #Evolve. Les syndicats y examineront quelles alternatives aux licenciements proposer. "Le travail des délégués, ce sera aussi de connaître les conditions de travail de ceux qui resteront", ajoute M. Duma.

En conseil d'entreprise extraordinaire puis devant l'ensemble du personnel, la direction de RTL Belgium a dressé ce jeudi matin les contours de ce plan de transformation adopté mercredi par le conseil d'administration pour adapter le groupe audiovisuel privé aux nouveaux modes de consommation des médias et le repositionner face à la concurrence.


"La télévision sera en perte l'an prochain si on ne fait rien", justifie Delusinne

RTL Belgium dans son ensemble se porte bien mais, "si on ne fait rien, la télévision sera en perte l'an prochain", a expliqué jeudi matin son patron Philippe Delusinne, interrogé par les médias avant l'assemblée générale du personnel qui s'est terminée vers 12h00. Le groupe audiovisuel privé vient d'officialiser son intention de licencier 105 collaborateurs. Le télévision sera le secteur le plus concerné par ces licenciements, a précisé le CEO, et ce sur toute sa chaîne de valeur (production, information,...).

"Il y aura la possibilité d'avoir des départs à la préretraite", mais "ce n'est pas une chasse aux plus anciens", a-t-il insisté.

Si M. Delusinne reconnait que le personnel est "sous le choc", il estime avoir jeté "les bases d'un dialogue ouvert et serein".

Alors que les syndicats accusent la direction de faire payer aux travailleurs les conséquences de son réveil trop tardif sur l'importance du digital, Philippe Delusinne assume avoir "un petit peu de retard" en la matière, mais le justifie par "une décision très concertée, très voulue, de ne pas être dans un marché aussi petit que le nôtre en perte pendant des années avec le digital qui ne rapportait pas d'argent". Ce virage va maintenant pouvoir être pris "avec l'apport du groupe RTL international, qui sera au niveau rentabilité plus intéressant", espère-t-il.

En conseil d'entreprise extraordinaire puis devant l'ensemble du personnel, la direction a dressé ce jeudi matin les contours du plan #Evolve, le plan de transformation adopté mercredi par le conseil d'administration pour adapter RTL Belgium aux nouveaux modes de consommation des médias et le repositionner face à la concurrence. En termes d'emplois, le plan pourrait engendrer le licenciements de 105 collaborateurs.

Après l'assemblée générale, une cinquantaine de personnes se sont réunies à l'extérieur puis ont repris leur travail.


L'AJP craint une dégradation des contenus et des conditions de travail

L'Association des journalistes professionnels (AJP) partage l'émoi et les inquiétudes du personnel de RTL Belgium auquel la direction a fait part de son intention de licencier 105 personnes. "Nous craignons une dégradation des contenus et des conditions de travail", a indiqué jeudi Jean-François Dumont, secrétaire général adjoint de l'association. Selon les premières indications de la direction, tous les services devraient être touchés par le licenciement collectif, et en particulier la télévision.

Pour Jean-François Dumont, la qualité du contenu et les conditions de travail futures sont un grand point d'interrogation.

"Il est violent et choquant de constater qu'une entreprise bénéficiaire, qui a fait de l'information de proximité son identité, en vienne à sacrifier (des emplois) pour des motifs de prévention de prochaines difficultés. Un média ne tient pas seulement à sa capacité à générer du profit. Sa pérennité tient aussi à ses contenus. Le risque est d'en venir à sacrifier l'âme d'une entreprise."

"Souvent, ce sont les plus anciens qui font les frais" de ce type de plans sociaux, a-t-il poursuivi. "Cela signifie aussi une perte de savoir-faire, de mémoire et un appauvrissement si les plus âgés venaient à s'en aller."