Télévision Le groupe a dévoilé jeudi matin les lignes directrices de son plan de transformation. Il doit se séparer de 20 % de ses effectifs salariés.

Après des semaines d’une attente que l’on imagine angoissante et des rumeurs plus alarmistes les unes que les autres, le couperet est finalement tombé pour le personnel de RTL. Lors d’un conseil d’entreprise organisé jeudi matin à 9h00, la direction du groupe a annoncé 105 licenciements dans le cadre de son plan de transformation #evolve adopté la veille. L’entreprise qui emploie jusqu’à présent plus de 500 salariés, va donc se séparer de 20 % de ses effectifs, 12 % si on tient compte des 300 collaborateurs qui travaillent aux côtés des employés. C’est du jamais vu pour l’entreprise qui, vu l’ampleur de la restructuration annoncée, a activé la procédure Renault.

Les principaux secteurs du groupe qui seront affectés par ces pertes d’emplois sont la télévision, la régie publicitaire et des services dits de support. La radio en revanche devrait être très largement épargnée. Ce matin, sur l’antenne de Bel RTL, le patron de RTL Belgium a précisé que si le plan de transformation adopté mercredi engendre des pertes d’emplois, il n’aura en revanche pas d’impact pour les téléspectateurs et les auditeurs des différents médias de l’entreprise. Les programmes ne seront pas affectés. L’idée de raccourcir le journal télévisé, par exemple, a été écartée. La direction a donc décidé de ne pas toucher aux productions propres.

Les mesures

Dans un mail adressé ce matin au personnel de l’entreprise, Philippe Delusinne a précisé les axes d’orientation décidés. La structure du groupe va être adaptée pour favoriser un maximum de synergies entre la télévision, la radio et le numérique. Cela passe notamment par la mise en place d’un système unique de production des contenus à la fois multimédias et multimarques.

La rédaction va aussi devoir réorganiser son fonctionnement pour répondre à la demande actuelle en termes d’information basée sur le principe d’informations rapides et d’informations plus développées. Une offre non-linéaire large va également être mise en place permettant d’accéder aux contenus du groupe à tout instant et sur tous les appareils. Parmi les initiatives annoncées figure une plateforme de télévision de rattrapage qui sera accessible gratuitement et financée par de la publicité ciblée.

Enfin, RTL a décidé de fusionner ses régies pour développer une structure unique chargée à la fois de commercialiser la télévision, de la radio et du digital pour tenir compte des mutations actuelles. Quant aux équipes, elles devront mieux se familiariser et développer de nouveaux formats de publicité et des outils viendront améliorer la connaissance disponible sur les consommateurs.

Un mal nécessaire

"Tout aussi difficiles que peuvent être les nombreux changements prévus au sein du plan #evolve, il est important pour l’entreprise de les mettre en œuvre le plus rapidement possible, indique le communiqué de RTL. Les différentes dispositions qu’il contient doivent permettre d’assurer le maintien d’un contenu d’information et de productions locales forts en Belgique francophone et de s’adapter aux évolutions des modes de consommation du public." "Au terme du processus de transformation, la structure de RTL Belgium sera plus agile, en mesure de s’adapter plus rapidement aux futures évolutions de son environnement et, partant, de maintenir sa position d’acteur fort sur le marché belge", conclu le document.

Philippe Delusinne l’a rappelé à l’ensemble du personnel de RTL, ces mesures sont nécessaires pour pérenniser durablement les activités de l’entreprise qui est ancrée dans le quotidien des Belges francophones depuis 30 ans. Il s’agit de faire face aux changements d’habitudes de consommation, à l’arrivée de nouveaux acteurs sur le secteur de l’audiovisuel (Netflix mais aussi Voo, Proximus, etc.) et la venue de TF1 sur le marché publicitaire belge qui, par ailleurs, marque le pas.