Télévision La chaîne privée a osé traiter de la sorte un sujet délicat : l’évasion de Marc Dutroux en 1998. Essai transformé.

Il y a quelques semaines, nous vous faisions découvrir les coulisses du tournage d’un docu-fiction consacré à l’événement qui ébranla la Belgique le 23 avril 1998 : l’évasion de Marc Dutroux.

Ce documentaire mélangeant des images d’archives, des témoignages recueillis aujourd’hui et des scènes rejouées est diffusé ce soir sur RTL-TVI qui mise gros sur ce coup. "C’est un projet très ambitieux parce que oser l’exercice de la fiction quand on connaît le peu d’expérience qu’on a en Belgique dans ce domaine, c’est audacieux, explique Georges Huercano, le directeur des magazines chez RTL-TVI et présentateur de ce nouveau programme. C’est encore plus audacieux, osons le dire, au regard du peu de moyens dont on peut disposer par rapport à la France."

Il est vrai que l’exercice est plutôt bien réussi. Quarante minutes durant, on est plongé au cœur de la traque de l’ennemi public numéro 1 et des conséquences de son évasion, notamment sur le plan politique. "J’aime beaucoup le côté inside des policiers qui expliquent comment les choses se sont passées. Ils n’auraient pas pu le faire à l’époque. Et l’interview de Stefan Declerck (alors ministre de la Justice, NdlR) éclaire bien les choses sur la façon dont ça s’est passé sur le plan politique."

Bien sûr, tous les protagonistes n’ont pas accepté de livrer leur vécu. C’est le cas des parents des victimes de Marc Dutroux. Mais aussi des policiers impliqués au premier chef. "Des discussions ont eu lieu mais ils ont préféré ne pas témoigner." Georges Huercano comprend ces réticences : "Il est légitime que les gens s’interrogent sur ce qu’on allait faire de ce qu’ils allaient raconter parce qu’on leur avait dit qu’il y aurait de la fiction. J’espère que ce premier essai, qui est pour moi transformé, nous servira de carte de visite pour aborder de la même façon - si on le fait - d’autres événements historiques."

Même si le directeur des magazines de RTL ne le dit pas franco, la chaîne semble bien décidée à poursuivre l’expérience avec ce type de programme. Encore faut-il en avoir les moyens après la restructuration que l’entreprise a tout récemment connue. "Je tiens à dire que c’est un vrai déchirement de voir partir des personnes qui ont travaillé avec beaucoup de talent et d’investissement, souligne Georges Huercano. Mais le plan de transformation de l’entreprise n’a pas été conçu en quelques minutes. Ce sont des mois de réflexion avec une philosophie derrière. Nous sommes préparés à travailler autrement. Ce ne sera plus la même chose qu’avant ni avec les mêmes personnes. Il y a d’autres modes de production qui se mettent en place et qui doivent nous permettre d’oser des émissions et des écritures comme celles de demain. Il y a de l’espoir. Je mise sur la créativité et sur un nouvel élan."