Télévision Sara de Paduwa inaugure lundi à midi sa propre émission : La récré de midi.

C’est quasiment au pied de l’avion qui la ramène des vacances qu’on attrape Sara de Paduwa, dont la rentrée sur VivaCité aura lieu ce lundi. Non contente d’être à l’antenne pour une 3 e saison dans le 6/8 , puis dans le 8/9 avec Benjamin Maréchal, l’animatrice s’offre désormais sa propre émission : La récré de midi , entre midi et 13 h.

La récré de midi, c’est la première émission en radio où vous êtes à 100 % aux commandes ?

"Il y a 6/8 qui a été un tournant pour moi et sur lequel j’ai le lead. Mais c’est vrai qu’en national, c’est la première fois que je suis vraiment titulaire d’un programme à proprement parler. Et dans un rôle que j’affectionne, qui est de distribuer les cartes."

Ça vous met sous pression ?

"La pression, je ne la sens pas. Comme pour tout nouveau projet, il y a une petite excitation. Plus ça approche et plus j’ai envie d’y être.

Ça va vous faire des journées kilométriques, non ?

"J’ai beaucoup hésité quand on me l’a proposé mais j’étais peu présente sur VivaCité. Or la radio, c’est mon média de cœur. C’est là que tout a commencé et je rêvais d’y retourner."

À quoi faut-il s’attendre avec ce nouveau rendez-vous ?

"Il y aura eu pas mal d’infos le matin avec le 8/9 , C’est vous qui le dites et les bons plans conso des Pigeons . La Récré de midi , ce sera la pause. Ce sera aussi de l’info, les auditeurs vont apprendre des choses, mais autrement. En s’amusant. C’est une récré mais organisée. Chacun aura sa séquence et devra bosser. (rires)"

Vous allez jouer au pion ?

"Pas vraiment. Je vais plutôt être chef d’orchestre. Mais il n’y aura aucune censure. On va bien se lâcher et parler de tout."

Qui compose l’équipe ?

"Audrey sera en charge du people et de l’info qu’on n’aurait pas dû lire ou qu’on n’a pas compris. Pascal Michel fera la revue de la presse avec le tweet, le selfie ou le post du jour. On commencera aussi avec Kody. Mais comme il est parfois demandé ailleurs, on risque de tourner avec plusieurs humoristes. Mais il y aura toujours la place pour un humoriste."

Ce rythme vous laisse de la place pour encore faire de la télévision ?

"J’ai un grand rendez-vous qui arrive. On va tourner dans une dizaine de jours mais je ne peux pas en dire plus. Ce sera beaucoup de travail mais j’ai beaucoup de chance d’avoir ce métier que j’aime. Et ce sont des projets qui me correspondent à 300 %. Ce sont des heures et des années de travail qui commencent à payer. J’en profite parce que je pense que ça ne va pas durer. C’est cyclique…"

C’est vrai ?

"Je ne suis pas pessimiste mais je connais le milieu, etc. Ce n’est pas grave et c’est pour ça que je profite pleinement de ce qui arrive."