Télévision  "Je ne suis pas une fille de la téléréalité"

En participant aux Anges 10, Sarah Van Elst, ancienne candidate de The Voice, la plus belle voix, n’avait qu’une idée en tête : que l’émission lui donne "un coup de pouce pour percer dans la musique". Ce que la jolie brune de 27 ans espérait a finalement vu le jour grâce au programme de NRJ 12. Ce 4 mai, la Bruxelloise sortira un premier single intitulé Elevate (sur toutes les plateformes). Un morceau qui lui ressemble et qui a été écrit par David Sandborg et Max McEigott, deux pointures en termes de production musicale, dans les célèbres Village Recording Studios de Los Angeles.

"Ce premier single parle d’une personne qui essaye d’atteindre ses rêves et qui, en le faisant, peut avoir des moments de doutes. Elle peut alors compter sur des proches qui la tirent vers le haut", explique Sarah Van Elst qui ajoute avoir encore énormément de choses à raconter via la musique. C’est pourquoi elle pense à sortir un EP d’ici la fin de l’année.

Grâce aux Anges de la téléréalité, vous avez pu travailler dans les célèbres studios de Los Angeles. Pour vous, c’est la ville où tout est possible ?

"Ah oui, clairement. Pour le moment, j’habite en Belgique, mais je rêve de partir vivre à Los Angeles. J’ai toujours eu le sentiment que ma place y était. Je pense que c’est l’endroit idéal si je veux me faire un nom dans la musique. Dans cette ville, il y a une ambiance particulière. On ne s’y sent pas jugé. On est libre de faire ce qui nous chante."

Venant de The Voice, la plus belle voix, vous vous distinguiez des autres candidats des Anges 10 qui provenaient eux de téléréalités classiques. Ne vous sentiez-vous pas à votre place ?

"Je ne suis pas une fille de la téléréalité. J’ai uniquement participé aux Anges pour me rapprocher un peu plus de mon rêve : devenir une chanteuse internationale et me faire un maximum de bons contacts dans le métier. Je n’étais pas là pour me mettre en couple ou pour alimenter des disputes. Loin de moi tout ça !"

Vous avez également participé à La légende du roi Arthur en 2016. La comédie musicale, c’est derrière vous ?

"Pour le moment, oui parce que je veux consacrer à ma musique. Je passe d’ailleurs des heures et des heures en studio à bosser. J’adore ça. Mais, je n’exclus pas le fait de refaire partie d’une comédie musicale un jour. C’était une très belle expérience qui m’a appris énormément de choses sur ma musique et moi."