Télévision

Benjamin Castaldi est prêt pour le marathon télévisé Secret Story

Envoyée spéciale en France Sophie Lagesse

Les 5 premiers candidats sont connus !

PARIS Lunettes de soleil et veste en cuir, Benjamin Castaldi participe chaque année à la visite de la maison des secrets. Assez distant, redoute-t-il les journalistes ? Il semble avoir déjà pris ses marques. Même s'il ne vivra pas dans l'enceinte de ces murs, il en connaîtra les moindres détails à la fin de la saison.

Comment vous sentez-vous ?

"Très heureux, très calme, très zen ! Je suis tranquille."

14 semaines, c'est plus long que d'habitude...

"Comment vous savez que c'est 14 semaines ? On vous l'a dit ! Ha, merde... (Rires) Pour moi, c'est pareil. Le premier mois est toujours ce qu'il y a de plus dur, le temps de lancer le programme. Il faut être très présent et être attentif à tout. Après, globalement, je suis en vacances avec mes enfants. Je quitte la maison de campagne vers 15 heures, je fais la quotidienne, et à 19 h 30, je suis rentré. C'est plutôt cool ! Le plus dur, c'est d'être à la fois en vacances et de bosser."

Les secrets de cette année sont très surprenants ?

"Pas sûr qu'ils soient très surprenants mais ils sont, pour certains, très amusants, ludiques. On s'est rendu compte que ce n'est pas le côté extraordinaire du secret qui met le piment mais le jeu, et trouver ce secret. Qu'il ait une dent en or ou que sa mère ait fait le marathon de New York, finalement, ça ne change pas beaucoup. Il ne faut pas s'attendre à des secrets incroyables, même s'il y en a qui sont plus forts que d'autres, plus intenses. Il y a de bons secrets. Tout ce que je peux vous dire, c'est qu'il y a des secrets antinomiques, qui s'opposent."

Vous allez être actif également sur Internet...

"Trois fois par semaine, nous organisons un blog vidéo. Je répondrai, depuis le décor de la quotidienne, aux questions des internautes. Je répondrai aussi éventuellement aux rumeurs. Je vais plus faire le lien entre le programme et les gens qui le regardent."

Pourriez-vous vivre ici entre le rose bonbon et le vert pomme ?

"Euh... 14 semaines, c'est long ! (Rires ) Mais je pense que tant qu'on n'est pas dedans, qu'on n'est pas dans l'ambiance, on ne sait pas. Je ne décorerais pas chez moi comme ça, en tout cas !"

La chaîne compte sur vous pour rebooster les audiences en baisse ?

"La chaîne a besoin de ce programme, ça, c'est sûr ! Il y a une pression pour faire aussi bien que l'an dernier où ça avait tellement bien marché. Je ne sais pas quelle va être l'incidence de la baisse générale de l'Audimat sur ce programme en particulier. Soit on fait mieux que l'an dernier, ce qui serait un exploit; soit on fait pareil, et ce serait très bien; soit on fait moins 20 %, ce serait encore bon. On serait dans la moyenne de la baisse de la case, et de la chaîne."

La baisse de la Star Academy vous donne une idée de la baisse d'audience ?

"Ce n'est pas du tout le même programme. On est sur une érosion des programmes basés sur la chanson, pas les autres."

L'an dernier, vous ne vous étiez pas interdit d'avoir des chouchous...

"Je ne m'interdis rien sur ce programme. C'est ma grande force."



© La Dernière Heure 2009