Télévision Serge Ducas, Monsieur Horoscopes de La DH, vous donne rendez-vous dans Astrovoyance sur Club RTL.

Cinq ans après son arrêt, Astrovoyance revient du lundi au vendredi, de 9 h 40 à 10 h 40, sur Club RTL (rediffusion sur Plug RTL). Le principe de l’émission reste inchangé. Les téléspectateurs peuvent appeler un numéro unique afin de poser une question aux astrologues et voyants, dits conseillers, présents à l’antenne.

Parmi ceux qui y liront l’avenir des téléspectateurs, figure Serge Ducas, le Monsieur Horoscopes de La Dernière Heure depuis 2002. Un exercice déjà connu pour l’astrologue qui avait participé à l’émission de 2009 à 2013. " Chaque conseiller vient avec son outil divinatoire. Cela peut aller des cartes de tarot aux pendules. De mon côté, je viendrai, une à deux fois par mois, avec un ordinateur portable dans lequel j’ai un logiciel astrologique qui permet de répondre aux questions des téléspectateurs en fonction de la date, de l’heure et du lieu de naissance ", explique Serge Ducas qui s’est, avec les années, défait du tarot pour ne se consacrer qu’à l’astrologie. " Je ne dénigre rien mais j’ai plus d’affinités avec l’astrologie qu’avec le tarot. Je suis d’ailleurs astrologue et pas voyant. "

Quand vous êtes-vous intéressé à l’astrologie et à la voyance ?

"À l’âge de 18 ans, je me suis rendu chez un voyant parce que j’avais besoin de réponses concernant un sujet précis. Je me souviens être rentré dans son bureau où seules quelques bougies étaient allumées. Ce voyant m’avait fasciné. J’ai donc commencé à m’intéresser aux phénomènes inexpliqués et mystérieux. Deux ans plus tard, j’ai suivi une initiation aux cartes. Ça a été comme une révélation. Par la suite, j’ai donc quitté la pâtisserie, mon premier métier, pour me lancer dans l’astrologie. Depuis plusieurs années, j’officie dans les médias (voir notamment astrovoyance.tv, NdlR) mais je reçois également en privé."

Aujourd’hui, vous pâtissez encore ?

"De temps en temps pour ma fille. Mais je n’oserai pas participer au Meilleur pâtissier pour autant !" (rires)

En privé comme à la télévision, quelles sont les questions qui reviennent le plus souvent ?

"Les questions affectives. Ça concerne souvent le retour d’une personne après une rupture ou les chances de réussite d’une nouvelle relation. Si les femmes représentent la plus grande partie de ma clientèle, je vois toutefois de plus en plus d’hommes. Il y a également davantage de chefs d’entreprise et de scientifiques."

Y a-t-il des questions auxquelles un voyant ou un astrologue ne peut pas du tout répondre à l’antenne ?

"Oui, il est strictement interdit de parler de la santé ou d’un sujet juridique à la télévision. C’est une question de déontologie. En privé, par contre, on peut se permettre plus. Moi, par exemple, je m’interdis de parler de la santé. Je ne dirai jamais à une personne : ‘Vous allez avoir un grave souci de santé .’ En revanche, je peux annoncer un futur heureux événement lors des séances privées. En ce qui concerne le juridique, on peut, toujours en privé, donner des informations sur les périodes plus favorables pour l’une ou l’autre affaire, mais rien de précis."

Vous faites-vous également tirer les cartes ?

"Oui, ça m’arrive. On le fait parfois mutuellement entre certains confrères d’ Astrovoyance . Moi, par contre, je ne pourrais pas lire l’avenir de mes proches. Je n’ai pas assez de recul pour ça. Pire, j’ai une sorte de blocage. Mais, c’est assez courant chez les astrologues. Comme on dit, les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés." (sourire)

Interview > A.P.