Télévision

Vedettes des petits écrans, elles ont un point commun: les élections de charme

BRUXELLES Ces dernières années, VTM d'abord, TF 1 ensuite ont fait une grosse consommation de candidates ou de lauréates du concours Miss Belgique ou France.

Chez nos voisins de l'Hexagone, cette tendance a démarré avec Sophie Thalmann. On l'a beaucoup vue sur TF 1 ces deux dernières années, d'abord dans Téléfoot, ensuite dans Y a pas photo, enfin dans Photos de vacances.

En cette saison 2000-2001, elle est plus en retrait, se contentant des reportages qu'elle propose dans Téléfoot le dimanche matin.

Maleva Galanter et Sonia Rolland, qui ont suivi Sophie Thalmann dans le palmarès, sont aussi devenues des habituées des petits écrans. La première a été le visage féminin du Bestophe, émission d'archives, avant d'être sollicitée par M 6.

L'engagement de ces jeunes femmes relève-t-il d'une mode? L'avenir proche nous le dira. On imagine de toute façon que les patrons de programmes regarderont attentivement la prochaine élection de Miss France le 9 décembre.

Chez nous, Anouchka a, bien involontairement, fait figure de pionnière. Elle est entrée à Télé Luxembourg quelques années après avoir décroché la couronne de Miss Belgique.

Il n'y a d'ailleurs pas que les demoiselles accédant à la plus haute marche du podium qui soient susceptibles de sévir sur les petits écrans. Et puis, quelquefois, le fait d'avoir été une Miss quelque chose n'a aucun rapport avec une activité télévisuelle.

Ainsi Nathalie Marly a-t-elle été finaliste de Miss Belgique en 1991. Quelques années plus tard, en sa qualité de journaliste, elle devenait la première présentatrice de Appel à témoins sur la RTBF.

Il n'y a pas eu non plus de rapport de cause à effet entre l'élection de Marylène Bergmann au titre de Miss Lorraine en 1975 (suivie d'une participation à l'élection de Miss France) et son entrée à Télé Luxembourg. Où elle a appris le métier de la télévision en profondeur en en explorant tous les rouages. Animatrice de jeux, de variétés, de talk-shows, de magazines, reporter, présentatrice du journal pendant cinq ans, elle ne renie nullement cet épisode de sa vie.

La belle Marylène est aujourd'hui sur RTL-TVI pour La main à la patte. La même chaîne emploie Sandrine Cormann qui, en 1997, fut Miss Belgique. La même année, une certaine Sandrine Dans était dans la course.

L'une et l'autre ont été repérées par la chaîne privée. Elles en sont deux des valeurs montantes. D'abord présentatrices des programmes, elles ont été lancées dans d'autres aventures. Sandrine Dans a été reporter à Signe de vie, chroniqueuse à Ça alors!, divertissement que coanime Sandrine Corman. Celle-ci est régulièrement sollicitée pour des spéciales, comme, récemment, l'élection de Mister Belgium ou pour le prime time que RTL-TVI avait, fin août, dédié à sa grille 2000-2001. Sandrine Dans a été le fil rouge des Sagas belgicisées de l'avenue Ariane. Les Sandrine ont effectué un sacré bout de chemin!