Télévision La chaîne devait disparaître du catalogue de l’opérateur le 30 mars. Ce sera finalement le 30 mai, après le scrutin !

La DH le révélait en primeur il y a quelques semaines : faute d’accord commercial trouvé entre la chaîne d’info en continu française BFM TV et l’opérateur Proximus TV, la première des chaînes d’info hexagonales devait quitter le catalogue de l’opérateur historique belge à compter de ce 30 mars.

"Pour rappel, les capacités techniques de Proximus sont limitées et nous sommes tenus de faire des choix et des évaluations en fonction notamment des autres offres présentes sur le marché et du taux d’audience des chaînes ", nous expliquait Haroun Fenaux, porte-parole de Proximus, au moment de justifier le choix posé par l’entreprise.

Il y a toutefois - un peu comme dans la campagne présidentielle française - un énième rebondissement dans ce dossier. In fine, Proximus TV et BFM TV ont chacun arrondi leurs angles et sont parvenus à obtenir une prolongation de l’accord de diffusion jusqu’au 30 mai 2017. Un sursis et rien de plus, en tout cas pour l’heure. Mais un sursis précieux pour le téléspectateur belge actuvore abonné chez Proximus, puisqu’il permettra de suivre le scrutin présidentiel dans son entièreté et même au-delà (les Français sont appellés aux urnes le 23 avril pour le premier tour et le 7 mai pour le second tour).

Au-delà du 30 mai, Proximus, qui ne compte pas à ce stade combler la place que laissera vacante BFM par une autre chaîne, conseille à ses abonnés de se rabattre sur LCI (canal 274), France 24 (canal 278) et Euronews (canal 272).

Chez la concurrence , BFM TV est disponible gratuitement pour les détenteurs d’un pack Voo trio tatoo (et au sein du bouquet payant Panorama pour les autres). Elle est également incluse gratuitement dans l’offre de base d’Orange Belgique et de Telenet. Chez SFR, elle n’est pas intégrée à l’offre d’entrée, mais bien incluse dans les packages supérieurs.