Télévision La présentatrice Météo participe à la 8e saison de Danse avec les stars. Coup d’envoi le 14 octobre.

Rencontre avec une jeune femme qui cherche le beau et le bon à l’intérieur d’elle-même et de TF1…

Vous êtes donc devenue une star ?

"Je ne le perçois pas comme ça. Les stars, ce sont Arielle Dombasle, Camille Lacourt. Pour moi, c’est une aventure hors du commun. D’abord parce que j’ai une passion pour la musique et la danse. Et parce que, derrière, je cherche un lâcher-prise."

Êtes-vous sportive ?

"Ponctuellement. Je peux faire un semi-marathon, mais je pratique surtout le yoga de la respiration, le Pranayama et les méditations liées à l’art de vivre de Sri Sri Ravi Shankar."

Quelle est la part belge et la part cap-verdienne en vous ?

"L’autodérision et savoir quelle est notre place. En Belgique, on est valorisé quand on s’exile. Ça nous permet d’avoir, je l’espère, un minimum d’humilité. Alors, on est bien reçu là où on arrive. Et puis, ici, on est bien formé et polyvalent, de vrais couteaux suisses ! Le côté cap-verdien, c’est la joie de vivre, les liens simples autour de la nourriture et des discussions."

À 16 ans, après le décès de votre maman d’un cancer, vous avez obtenu la majorité anticipée et avez vécu seule, vos parents étant divorcés. Vous venez de loin…

"Je me suis beaucoup battue… Pour me sentir légitime, pour développer des connaissances météorologiques durant sept ans. Aujourd’hui, ce que je veux, c’est être au service des autres. Le changement climatique m’intéresse. Quand j’étais à la RTBF, j’ai demandé à l’univers de me donner un travail à temps plein. Et je suis arrivée à TF1."

L’univers ?

"C’est notre connexion avec les autres. Le lien qu’on a intrinsèquement, énergétiquement avec tout le monde. Ma spiritualité est détachée des religions."

D’où votre besoin de lâcher prise…

"J’ai un grand contrôle sur ma vie depuis que ma mère est partie. C’est très difficile parce qu’à un moment donné, il faut pouvoir laisser les choses évoluer et voir ce qui va émerger. Aujourd’hui, on parle de culture biodynamique. La permaculture, c’est laisser les choses faire aussi, parce que la nature est bien faite. Elle l’est, mais je ne lui laisse pas de place."

Vous pourriez remplacer Audrey Pulvar à la tête de la Fondation créée par Nicolas Hulot.

"Non, pas à sa place, mais volontiers comme ambassadrice. Quand on a une notoriété, même petite, et qu’on la met au service d’une chouette cause, on reçoit beaucoup en retour. J’ai pu l’observer avec l’Unicef. Tout ce qui compte pour moi, c’est qu’à mon dernier souffle, j’ai pu être la meilleure version de moi-même."

Comment le savoir ?

"On regarde derrière soi et on espère ! Eckhart Tolle, dans Le Pouvoir du moment présent, parle de l’ego qu’il faut réussir à canaliser dans le moment présent. Après avoir été Miss Belgique et modèle, j’ai travaillé chez Caméléon à la réception. Les gens disaient : ‘Hé bien, c’est triste de finir ici.’ Ce qui était vraiment dénigrant pour les gens qui travaillaient avec moi. Ça m’a donné une bonne leçon d’humilité."

Danse avec les stars démarre le 14/10 à 21 h sur TF1