Thierry Roland est mort d'un AVC après une dernière victoire des Bleus

Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Télévision

Le commentateur sportif français est décédé à l'âge de 74 ans quelques heures après la victoire de la France face à l'Ukraine

PARIS Le commentateur sportif Thierry Roland, célèbre voix des grandes compétitions de football commentées en direct à la télévision française depuis plus de 50 ans, est décédé à l'âge de 74 ans, suscitant une vive émotion en France.

Le journaliste a succombé à un accident vasculaire cérébral, a indiqué samedi son ami et directeur des sports de Radio France Jacques Vendroux.

"Il a regardé le match de l'équipe de France (contre l'Ukraine à l'Euro) et puis il s'est endormi et il a fait un AVC vers 3 heures du matin. Les médecins ont essayé de le réanimer et Thierry n'est jamais reparti", a assuré Jacques Vendroux sur la radio France Info.

La chaîne de télévision M6, pour laquelle Thierry Roland aurait dû reformer son duo avec son vieux complice Jean-Michel Larqué, a officialisé son décès samedi matin à la demande de la famille. Cette nouvelle a cueilli par surprise la planète foot et le monde des journalistes sportifs en plein Euro 2012.

Cet Euro devait signer le grand retour du tandem mythique Roland-Larqué, qui a commenté plus de 700 matches ensemble entre 1979 et 2005. Mais Thierry Roland avait dû renoncer à l'Euro le 13 juin, n'étant pas totalement remis d'une opération liée à un calcul biliaire.

Dans sa carrière, le journaliste a commenté 13 coupes du Monde et 9 championnats d'Europe des nations. Il était aussi populaire pour son côté "bon copain" fidèle compagnon des peines et joies des supporteurs français que controversé pour ses débordements verbaux répétés, sa misogynie revendiquée et ses saillies franchouillardes.

Si beaucoup se reconnaissaient dans ce profil de "Français moyen" aux partis pris assumés - le tout saupoudré du zeste de mauvaise foi inhérent à chaque supporteur -, d'autres voyaient en lui une synthèse de tous les maux du football.

C'est en 1976 qu'il commence à bâtir sa notoriété, traitant un arbitre de "salaud", disant tout haut ce que beaucoup de téléspectateurs pensent tout bas.
Ce genre de débordement, Thierry Roland les multipliera au point d'en faire "une marque de fabrique". En 1986, notamment, ses attaques à l'antenne contre un arbitre tunisien qu'il jugeait incompétent, provoquèrent un tollé et il dut s'excuser et arguer qu'il n'était "ni facho, ni raciste". Mais la phrase prononcée alors est restée. Tout comme restera ce commentaire cette semaine encore à l'antenne de la radio RTL sur l'Ukraine, "ce pays à la con".

Mais Thierry Roland passera aussi à la postérité pour ses saillies drôlatiques, comme ce "fauché comme un lapin en plein vol", ou ce "ces deux là ne passeront pas les vacances ensemble", que pour son sens de la rigolade et de la gouaille.
Samedi matin, lors de sa conférence de presse à Donetsk, en Ukraine, au lendemain de la victoire des Bleus 2-0 face à l'Ukraine, le sélectionneur de l'équipe de France Laurent Blanc a fait observer un moment de recueillement pour cet "amoureux du sport qui disparaît".

"C'était la voix du foot pour des millions de personnes et c'était mon ami", a commenté Michel Platini, président de l'UEFA, interrogé samedi matin par l'AFP à Varsovie.

Le président François Hollande et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault ont salué samedi la mémoire du commentateur. "Le monde du sport et du football perd l'un de ses plus populaires et ardents supporters", écrit M. Hollande.
Thierry Roland laisse une épouse, la réalisatrice Françoise Boulain et un fils, Gary. La date des obsèques n'a pas encore été annoncée.



© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner