Télévision Mathieu Istace, Alex Teklak et Gilles De Bilde ont rejoint la nouvelle chaîne sport.

"The New Kids on the block". Voilà les mots choisis par Danny Menken pour introduire en Belgique les deux nouvelles chaînes sportives qui s’apprêtent à bouleverser le PAB (paysage audiovisuel belge) dès ce 2 août. Vous avez des questions ? Par ici…

1. Eleven et Eleven Sports, c’est quoi ?

Eleven : la chaîne 100 % dédiée au foot, lancée dès ce 2 août. Au menu : le Calcio (Série A), la Ligue 1, ainsi que les championnats brésilien, écossais, et la Coupe d’Angleterre. La Liga ? C’est bien probable : les droits à l’international du championnat espagnol sont sur le point d’être attribués… Et Eleven est candidat, même si "nous ne faisons pas de commentaires sur des droits que nous ne possédons pas ou pas encore".

Eleven Sports : la petite sœur, dédiée aux autres sports. Tennis, athlétisme, cyclisme, sports moteurs… Et également le foot, lorsque des conflits de calendrier (un AC Milan-Inter en même temps qu’un Lyon-PSG…) interviendront.

2. Où pourra-t-on voir ces chaînes ?

Pour l’instant, un seul moyen est officialisé : pour les clients Proximus TV, via l’option Proximus 11 + (9,95 €/mois) ou All Foot (14,95 €/mois). Mais "les discussions sont en cours avec d’autres opérateurs, et j’ai bon espoir qu’elles aboutissent le plus vite possible". Déjà pour ce 2 août ? On voit mal le tandem VOO/BeTV, qui vient de voir le Calcio et la Ligue 1 lui filer entre les doigts, ne pas remplumer une offre foot étranger devenue un peu light…

3. Quels commentateurs ?

L’arrivée de deux nouveaux canaux dédiés au sport en Belgique, avec leur propre ligne éditoriale, rebat évidemment les cartes pour les journalistes, commentateurs et consultants foot du PAB. "Nous avons reçu quelque 150 candidatures", expliquait hier le rédac-chef Jan Mosselmans, qui ne cherche que des free-lance, sans exclusivité. "Nous voulons des passionnés, préparés, qui connaissent leur sujet et sont capables de faire vivre l’événement. Nous sommes en contact avec quelques noms très connus, mais aussi avec d’autres, moins connus, mais dont nous comptons bien lancer les voix. Et en faire, peut-être, les Stéphane Pauwels de demain…" Le trublion de RTL, justement présent dans l’assistance hier, ne s’en cache pas : mordu de Ligue 1, il se verrait bien officier sur Eleven, pour la Ligue 1, en sus de ses activités sur RTL, RMC et TF1. Déjà contacté, les discussions sérieuses avec Eleven n’ont toutefois pas encore débuté…

On écrit micro et c’est bien volontaire : sur Eleven, on ne verra pas les journalistes, on se contentera de les entendre. Les commentaires seront en effet assurés en cabine, dans les studios bruxellois d’Imaginia. Pas de studio, pas de plateau, pas de bord terrain. Du moins dans un premier temps.

4. La société Eleven Sports Network, c’est quoi ?

La structure, jeune, est encore assez floue. Mais en gros, il s’agit d’une nouvelle chaîne sportive mondiale, dont le siège est sis à Londres. La société, créée en 2015 se lance, dès ce mois d’août, sur quatre territoires : la Pologne, la Malaisie, Singapour et la Belgique. Le business-model ? Il est bicéphale : la rentabilité proviendra à la fois de la publicité et de la rétribution payée par les opérateurs qui s’offrent la diffusion des deux canaux. L’ambition n’est pas mince : "Notre but, c’est de devenir les n°1 du sport à la télé, partout où l’on sera présents", dixit Danny Menken. Rien de moins. Le lien avec MP Silva, qui s’était distingué l’an dernier en tant que consultant de luxe de la Jupiler Pro League pour la monétisation des droits du championnat de D1 belge ? "Nous avons des liens avec MP Silva, puisque nous avons acquis certains des droits qu’ils détiennent, et qu’ils possèdent des parts d’Eleven Sports Network. Mais il s’agit bien de deux sociétés indépendantes et distinctes…"

Au niveau de la direction, on retrouve donc Danny Menken. Le patron, jeune, dynamique, ex-Eurosport. Mais aussi, à la tête de la pyramide en Belgique, Peter Thiessen (responsable contenu), plus de 25 ans de télé auprès de grosses maisons de production comme Freemantle ou Endemol. C’est lui qui diligentait le gala du Soulier d’Or à la télé, notamment. Au poste de rédac-chef, on retrouve Jan Mosselmans. Près de 30 ans de journalisme sportif chez nos confrères du Het Laatste Nieuws trônent sur son C.V.