Télévision

Twizz, petite dernière survitaminée sur les ondes, poursuit sa route. Avec deux nouveaux rendez-vous clés

http://www.dhnet.be/cine-tele/television/article/323320/le-confessionnl-de-twizz-puggy-video.html

BRUXELLES Le bébé n’a dépassé les six mois que depuis quelques jours. Il a fait ses rots, ses colères, ses premiers pas et grandi à une vitesse folle. Twizz radio, la station du groupe IPM (La DH, La Libre Belgique et Paris Match Belgique), est effectivement on air depuis le 24 février dernier. C’est donc avec une demi-saison dans le dos que Twizz attaque sa première rentrée.

Pas de quoi effrayer Jean-Lou Bertin, directeur de la radio, et son équipe, qui ne change pas ou presque. “Au contraire : nous avons hâte. Cette rentrée va nous permettre deux choses. La première, c’est de consolider ce qui fonctionne déjà bien, à savoir notre proposition de radio hybride, d’alternative entre la musicale type Contact et la généraliste style La Première et Bel RTL. Avec une musique de qualité, et une info de qualité. On va donc renforcer notre grande matinale tout info, avec Philippe Deraymaeker, en ce sens.”

Et c’est tout ? Que nenni. “La deuxième chose prioritaire dans notre développement, c’est l’instauration de deux nouveaux rendez-vous clés dans la journée, qui s’installent dès aujourd’hui. Un 12-13 h consacré en partie à l’info régionale – et non pas locale – agrémenté de rubriques, de flashes et où l’on recevra aussi des invités. Et, en soirée, un autre rendez-vous info de 18 h à 19 h toujours truffé de rubriques et d’interventions différentes.”

Le but ? Désosser la journée en trois parties au lieu d’une seule : la tête le matin, les jambes le midi et la queue en soirée. Et humaniser une station qui n’abandonne pas pour autant le fil info continu en journée, et ne “change pas un iota” d’une programmation musicale pop-rock “dont les retours sont excellents”.

Toutefois, soyons francs : Twizz est encore dans une phase où il faut faire connaître la marque. C’est bien compréhensible, pour une station qui naît dans un contexte concurrentiel délicat, au moment où la conjoncture n’est pas des plus radieuses. L’accent sera donc mis, dans les mois qui viennent, autour de différentes actions promo pour mettre Twizz sur de plus en plus de lèvres, et dans de plus en plus d’autoradios. Histoire de faire savoir qu’il existe une alternative radiophonique de qualité à ceux qui sont lassés des institutions ertebé ou ertéeliennes.

Puis, sur ses rivales, certes plus épaisses qu’elle, Twizz dispose d’un atout non négligeable : elle est sise au-dessus de deux rédactions, Web y compris (La Libre et La DH), avec lesquelles “les synergies vont aller de plus en plus loin”. La preuve : sur son site Internet, mais aussi ceux de La DH et La Libre, Twizz lancera dès ce lundi le confessionnal de Twizz. Où un invité viendra livrer l’intime confession de son choix. Un film qui ne sera même pas diffusé à l’antenne : c’est dire si la convergence, tout doucement, fait son nid. Une radio qui produit un contenu qui n’est pas destiné à ses ondes, c’est effectivement plutôt révolutionnaire. Avec sa petite mais talentueuse équipe, Twizz est décidément prête à grandir, étape par étape. Quant aux chiffres, c’est en février prochain que la station recevra son premier bulletin.

Alexis Carantonis


© La Dernière Heure 2010