Télévision L’ourson mignon sera le héros d’un dessin animé de 52 épisodes et d’un jeu vidéo en 2018.

Oubliez l’indépendance de la Catalogne ou les fanfaronnades de Donald Trump. Il y a des priorités dans la vie. Comme l’augmentation de la production de marmelade. De toute urgence. Et dans des proportions considérables. Car Paddington, l’ourson le plus mignon et le plus bizarrement accoutré de la création (difficile de passer inaperçu avec un chapeau rouge et une veste bleu Roy, même en Angleterre), passe à la vitesse supérieure. Et va sauver le monde bien plus en douceur que les super-héros, à condition de pouvoir se goinfrer régulièrement de sucreries orangées.

Son retour dans les salles de cinéma le 6 décembre prochain, pour coincer les affreux voleurs du livre qu’il voulait absolument offrir à Tante Lucy pour son siècle d’existence, ne sera en effet qu’une agréable mise en bouche. En vue du véritable plat de résistance que constituera sa prochaine série d’aventures en dessin animé. Sur base des 290 millions $ de recettes de Paddington en 2014 (un record pour un film familial non américain), StudioCanal vient d’annoncer pour fin 2018 la réalisation de 52 épisodes de 11 minutes chacun destinés principalement aux tout-petits. Une opération de grande envergure indispensable à la bonne réputation du plantigrade, car comme l’explique l’analyste Tim Westcott, "il est très important de soutenir sa notoriété : même un film à très grand succès n’a un impact qu’à court terme, puisqu’il ne reste en salle que quelques semaines."

Paddington, qui fêtera ses 60 ans l’an prochain, entend bien prolonger durablement sa place à part dans le cœur des enfants de 7 à 77 ans. En s’adaptant au public. Ses 23 aventures de papier, vendues à 35 millions d’exemplaires, ne lui suffisent plus. C’est désormais dans les jeux vidéo qu’il entend étendre son action. Et gambader joyeusement, comme l’indique le titre de sa première mission interactive en cours de développement, Paddington Run.

Il va lui en falloir, de l’énergie, pour assumer tout ça. Le cours de la marmelade devrait donc grimper en flèche très rapidement.