Télévision Isabelle Brès succède à Géraldine Carré à la présentation de Confessions intimes, ce mardi, à 22 h 50, sur TF1

BRUXELLES Une blonde en remplace une autre. Géraldine Carré étant partie tenter l'aventure Canal+, où elle anime désormais en France une émission durant l'heure du midi, c'est désormais Isabelle Brès qui assurera, le mardi soir, la présentation du magazine Confessions intimes, qui nous invite à suivre le parcours de plusieurs individus confrontés à des choix de vie.

Fille de la chroniqueuse hippique Pierrette Brès, Isabelle Brès est déjà connue pour avoir travaillé sur Sans aucun doute, Succès ou encore Les 7 péchés capitaux, toutes des émissions de Julien Courbet... qui est également producteur de Confessions intimes. Un magazine pour lequel Isabelle Brès avait d'ailleurs déjà été journaliste, puis rédactrice en chef, avant d'en être désormais la présentatrice. Autant dire qu'elle en connaît les rouages par coeur!

«Après dix ans passés sur les plateaux de Sans aucun doute, de Succès et des 7 péchés capitaux, je réalise une envie qui date du premier casting organisé pour la présentation de l'émission», explique-t-elle. «A l'époque, Géraldine Carré avait été préférée à moi pour une question de maturité. Ce qui ne nous a pas empêchées de devenir de bonnes copines et de travailler ensemble avec plaisir pendant deux ans. J'ai la chance de bien connaître l'émission et de la présenter alors qu'elle bénéficie d'excellents taux d'audience. C'est la preuve que les téléspectateurs s'identifient aux témoins.»

Evidemment, entre être la rédactrice en chef du magazine et en assurer la présentation, il y a une marge. «Cette émission nécessite de la part de la présentatrice la juste distance par rapport aux reportages proposés. Le magazine donne la parole à des personnes qui livrent leurs confessions intimes à un caméscope. Elles disent ce qu'elles ont envie de dire. De même que le journaliste, présent pendant le reportage, ne tente pas d'orienter leurs propos, la présentatrice doit faire preuve d'objectivité pour la présentation du contenu des sujets.»

En tout cas, Isabelle Brès n'est pas atteinte par les critiques qui accusent notamment l'émission de voyeurisme. «Nous vivons à une époque où les moyens de communication se multiplient et pourtant, nous communiquons de moins en moins. La famille et les amis ne sont plus là pour recevoir les confidences. La télé remplace en quelque sorte les relations de voisinage qui ont disparu. On a pu le constater cet été: les personnes âgées sont solitaires et n'ont qu'une seule ouverture sur le monde, la télévision. A partir de là, c'est à nous évidemment de trouver la juste distance pour entrer dans l'intimité des gens et les écouter avec pudeur. Pour avoir moi-même tourné plusieurs sujets pour le magazine, je suis convaincue qu'aucun ne pourrait être considéré comme impudique.»

© La Dernière Heure 2003