Télévision Valérie Bègue, ancienne ambassadrice de charme de la France, s’épanouit désormais au théâtre.

Dix ans séparent déjà la charmante Valérie Bègue du jour où elle a été sacrée Miss France. Depuis ce jour inoubliable, la Réunionnaise aux yeux noisette perçants a fait son chemin sur le petit écran français.

Présentatrice de Rêves d’Outre-mer - une émission où la jeune femme emmène les téléspectateurs à la découverte des plus beaux paradis naturels du monde - sur Ushuaïa TV depuis le début du mois de juin, Valérie Bègue participe également à de nombreux jeux télévisés animés par ses confrères du PAF.

Ce mardi, celle-ci se frottera, avec Bruno Guillon, actuel présentateur des Z’Amours, à la deuxième édition de Seul contre Tous, jeu animé par Nagui sur France 2. "Bruno et moi allons défier la France sur un quiz interactif géant. Avec l’aide de trois autres personnes, nous allons tenter de répondre à des questions portant sur des défis et des expériences plus folles les unes que les autres. Derrière leur écran, les Français pourront, eux aussi, jouer en même temps que nous et tenter de rafler la mise", nous explique Valérie Bègue. "Le but est d’apprendre quelque chose en s’amusant. Je compte vraiment sur Nagui parce que je ne sais pas du tout à quoi m’attendre."

Aujourd’hui, outre la télévision, c’est au théâtre que vous vous épanouissez…

"Oui, je viens en effet de terminer de tourner avec la pièce Tant qu’il y a de l’amour avec Marie-Anne Chazel. C’est une expérience très enrichissante. Je serai d’ailleurs de passage en Belgique en janvier prochain."

Qu’est-ce que vous apporte le théâtre ?

"C’est libérateur de pouvoir faire rire les gens chaque soir. Ça me permet de me détacher de mon image de Miss France en entrant dans la peau de quelqu’un d’autre."

Cette "image de Miss France" vous a parfois fermé des portes dans le milieu de la comédie ou de la télévision ?

"J’adorerais toucher au cinéma ou à la télévision, mais je n’ai pas encore eu cette chance. Il est clair que l’étiquette de Miss France n’est pas facile à porter au quotidien. On manque de légitimé, de crédibilité. Mais, quand je vois une femme comme Sonia Rolland, je me dis que tout est possible. Il y a des années, elle nous a ouvert la voie en faisant de son titre une force et non un poids. C’est d’autant plus important pour moi depuis que je suis devenue maman. Comme toutes les mères, j’ai envie de donner le meilleur à ma fille de 5 ans. Je suis une mère célibataire, j’ai donc besoin qu’elle me voit comme une femme forte. Je lui montre qu’il faut se démener pour atteindre ses objectifs."

Que pense votre fille de votre carrière dans les médias et sur scène ?

"Je pense que, dans l’ensemble, elle est contente. C’est un métier précaire. Parfois, j’ai du boulot pendant trois mois puis plus rien. Je ne veux pas qu’elle soit déboussolée à cause de ça. J’essaye donc de la rassurer un maximum. Avec son père, on lui apporte les valeurs qu’il faut pour avancer au mieux dans la vie."

N’avez-vous jamais été tentée de revenir vivre à La Réunion, votre île natale ?

"Je suis très proche de ma famille et de la culture créole. J’ai donc un besoin vital de me rendre à La Réunion plusieurs fois par an. Vivre là-bas serait, par contre, tout à fait inenvisageable en ce moment avec ma fille. Cela voudrait dire que son père devrait, lui aussi, déménager et ce n’est pas possible."