Télévision

L'adorable héros de dessin animé toujours en quête de miel a purement et simplement été banni des réseaux sociaux chinois. Tous les posts incluant son nom en chinois ont été censurés sur Weibo, l'équivalent de Twitter, tandis que les gifs le mettant en scène ont été purement et simplement supprimés sur WeChat, le WhatsApp local.

Aucune explication n'a été donnée, explique le Financial Times qui révèle l'information. Cependant, cela serait sûrement dû, selon les observateurs, au fait que le président Xi Jinping aurait trop souvent été comparé à l'ourson. 

"Auparavant, deux choses étaient interdites : les organisations politiques et les actions politiques. Cette année, une troisième a été ajoutée à la liste : parler du président", explique Qiao Mu, un assistant en médias à la Foreign Studies University de Pékin, interrogé par le Financial Times. "Je pense que le problème de Winnie l'ourson est lié à cette nouvelle interdiction. "


Les comparaisons entre Winnie l'ourson et Xi Jinping ne sont pas nouvelles, elles datent de la rencontre entre le président chinois et Barack Obama en 2013. Barack Obama, grand et mince, était comparé à Tigrou tandis que Xi Jinping était assimilé à Winnie l'ourson. Un an plus tard, Shinzo Abe le président japonais, était vu comme Bourriquet, l'âne triste, toujours aux côtés de l'ours en peluche.

En 2015, la photo la plus censurée du pays, était celle où l'on voyait Winnie l'Ourson dans une voiture. Ce cliché se moquait de Xi Jinping lors de la parade annuelle où il défilait débout dans une voiture. 

Aujourd'hui, toute référence à l'ourson est considérée comme une atteinte au président.