groupe E

AEK

chances de l'emporter
★☆☆☆☆

Le phénix grec veut y croire

Une résurrection. Voilà comment on peut qualifier ce qui est arrivé à l'AEK Athènes. Champion de Grèce pour la première fois depuis 24 ans, les Athéniens sont en plus parvenus à se hisser en Ligue des Champions. Un exploit inédit depuis douze ans. La perf' a d'autant plus de retentissement qu'ils s'étaient retrouvés en troisième division à cause de ses problèmes financiers il y a cinq ans à peine. Soyons honnêtes, avec son effectif sans star, l'AEK reste le petit poucet de ce groupe E et le voir arracher une qualif', même pour l'Europa League, serait une véritable surprise. Mais le club de la capitale a déjà réussi à déjouer les pronostics la saison dernière, ainsi qu'en éliminant le Celtic de Dedryck Boyata (même si le Diable n'avait pas participé à cette double confrontation) en éliminatoires. La victoire arrachée au forceps face aux Hongrois de Videoton lors des barrages est également de nature à booster la rage de vaincre de Grecs qui reviennent de nulle part. Si l'AEK parvenait à passer cette phase de poules, cela représenterait un exploit aussi incroyable que la victoire des hoplites sur les Perses à Marathon.

Le joueur à suivre

Viktor Klonaridis

Text de remplacement

Non, tous les Belges n'ont pas été purgés du championnat grec en quittant l'Olympiacos. Viktor Klonaridis est toujours bel et bien actif en Super League, sous les couleurs de l'autre club athénien. Et cela se déroule plutôt pas mal, étant donné que le Belgo-Grec a joué un rôle important dans la qualification de l'AEK, avec deux buts en quatre rencontres. Sélectionné à une reprise avec les Diablotins (c'était il y a six ans déjà), cet attaquant doté d'un gabarit plutôt léger (1,78 mètre) est né à Seraing, mais a migré de l'autre côté de l'Europe pour intégrer l'académie de l'AEK. Il refait ensuite le chemin inverse, direction Lille (où il joue très peu en 2012), qui le prête dans la foulée à Mouscron (où il n'est pas beaucoup plus utilisé en deuxième partie de saison, en deuxième division). Lille le refourgue alors gratos au Panathinaïkos, mais il ne parvient pas à s'imposer et doit se contenter (au mieux) d'entrées au jeu. De nouveau prêté à Lens pour six mois, il n'est pas plus heureux et revient finalement en Grèce, à l'AEK, cette fois. Un parcours entre Pas-de-Calais, Wallonie picarde et Grèce, qui l'amène aujourd'hui en Ligue des Champions, où il aura peut-être l'occasion de se mesurer à Jérôme Boateng, Mats Hummels ou Daley Blind. Comme quoi, il ne faut jamais désespérer…

A. He.

Champions League - AEK