groupe E

Bayern

chances de l'emporter
★★★★★

Enfin conclure

Barça, Real Madrid, Bayern Munich. Ce sont généralement les trois noms qui sortent lorsqu'on demande qui sont les trois plus grands clubs d'Europe. Sauf que là où les Catalans ont remporté trois Ligue des Champions sur les dix dernières saisons, et les Madrilènes quatre, les Bavarois ne sont montés qu'à une reprise sur le toit de l'Europe (2013). Toujours placés, mais (quasi) jamais vainqueurs, le Bayern a vu les plus grands coaches de la planète se casser les dents sur cette mission européenne. Ni Pep Guardiola, ni Carlo Ancelotti, ni Jupp Heynckes, ne sont parvenus à étendre l'insolente domination munichoise sur le continent tout entier. Et question prestige international, le fossé se creuse petit à petit entre le duo espagnol et le géant allemand, qui fait moins peur désormais. Toutefois, le Bayern reste le favori de ce groupe E, même si le capitaine Manuel Neuer reste prudent. “On doit sortir quelque chose à Benfica et en Grèce, l'ambiance dans le stade est toujours fantastique” , a réagi le gardien. “On doit aussi bien jouer contre l'Ajax pour prendre la première place du groupe.” Rien de plus logique Reste à savoir comment Niko Kovac, ancien du club, mais surtout un jeune coach encore peu expérimenté au plus haut niveau, va assumer ce nouveau rôle à la tête du navire allemand. Avec un schéma de jeu précis (4-3-3) et un effectif pléthorique (il peut même se permettre de faire débuter James Rodriguez sur le banc en ce début de saison), le Croate dispose de plusieurs atouts dans sa manche. Mais gare à ce que l'aventure ne se mue pas en galère pour l’ex-milieu de terrain.

Le joueur à suivre

Leon Goretzka

Text de remplacement

Comme souvent, c'est chez ses principaux concurrents que le Bayern a fait ses courses. S'il a laissé le Borussia Dortmund en paix, le champion est allé piquer Leon Goretzka à Schalke 04 dès janvier et gratuitement. Un sacré casse quand on connaît les qualités de régulateur de ce jeune élément de 23 ans. Talent très précoce (il dispute son premier match pro avec Bochum à 17 ans seulement), le milieu de terrain est vite ralenti par une série de blessures qui jette un froid, le foot allemand gardant bien en mémoire les gros ennuis de Marco Reus, ou encore Ilkay Gündogan. Mais le garçon change drastiquement de régime (plus de porc, ni de lait, ni de gluten) et confirme que les espoirs placés en lui n'étaient pas vains. Doué techniquement, mais très présent dans le pressing, il est capable de dicter le tempo et d'apporter son volume de jeu à son équipe, tout en apportant son quota de buts. Avec lui, l'expression box-to-box n'est pas galvaudée, tant il peut évoluer en 6, comme en relayeur ou en véritable meneur de jeu grâce à une vista de belle facture. Idéal pour occuper une place au cœur du jeu du Bayern, qui possède des joueurs du calibre de Javi Martinez, James Rodriguez, Corentin Tolisso ou encore Thiago Alcantara dans ce secteur. Côté sélection, il s'était (bien) montré lors de la Coupe des Confédérations, s'attirant même les éloges de Joachim Löw, mais n'a été que peu utilisé lors du naufrage mondial. Le voir passer un cap en relevant le défi proposé par le Bayern pourrait lui ouvrir encore un peu plus grand les portes d'une équipe qui veut prouver qu'elle est toujours dans le coup pour remporter un grand titre. Comme le Bayern, en fait.

A. He.

L'avis de Thomas Chatelle

"Au Bayern, finalement, le plus gros transfert de l'été est d'avoir su conserver Lewandowski qui offre de vrais garanties en terme de finition même s'il a été en difficulté l'an passé en Ligue des Champions. Cette équipe va ressembler à ses devancières sauf que, après les vieux sages Ancelotti et Heynckes, est arrivé Kovac qui est un vrai pari sur l'avenir avec un coaching plus moderne et plus dominant. Le Bayern n'a recruté que Goretzka qui ouvre les possibilités au milieu. Son association avec Tolisso et Alcantara au milieu a vraiment de la gueule. Pour Tolisso, cette saison doit être la sienne. Un peu comme pour Coman qui a été beaucoup blessé alors que Gnabry est aussi revenu de prêt parce qu'un jour viendra où il faudra trouver des alternatives à Robben et Ribéry. Ce dernier a encore été épatant l'an dernier mais les deux n'ont plus les jambes pour tout jouer tout le temps. Dans leur groupe, très abordable, la première place leur semble promise."

Recueillis par Jo. L.

Champions League - Bayern