groupe E

Benfica

chances de l'emporter
★★☆☆☆

Pour oublier le reste

Benfica traverse une sacrée tempête. En mai dernier, le club portugais a dû se résoudre à voir son grand rival de Porto s'emparer du titre de champion, alors que la victoire finale lui tendait les bras en toute fin de championnat. Un mois plus tard, il s'est retrouvé accusé de corruption, pour avoir offert une menue motivation aux adversaires des Dragons sous forme de mallettes bien remplies. Les ennuis ne s'arrêtent pas là, avec une nouvelle affaire qui insinue que la direction lisboète aurait eu accès à des informations confidentielles concernant des enquêtes menées au sein du football portugais. Tout va bien sur les bords du Tage... le club clame évidemment son innocence, il est dommage de voir un voile aussi sombre être jeté sur l'actu de l'équipe, qui a réussi à se qualifier en se débarrassant de Fenerbahçe et du PAOK tout en réalisant un bon début de championnat. Vu la composition du groupe, l'objectif est clairement la deuxième place, qu'il faudra sans doute aller chercher sur le terrain de l'Ajax. Et vu la forme affichée, la cible ne semble pas hors d'atteinte. Mais l'ambiance n'est pas à la fête. Surtout quand on sait que ces sombres affaires pourraient coûter cher aux Águias, qui encourent entre six mois et trois ans de suspension. C'est dire si Rui Vitoriá et ses gars ont un besoin impératif de briller sur le pré afin d'essayer de faire passer la pilule à leurs supporters. Au moins, s'ils ne jouent plus en Europe, ils ne pourront plus sortir de la compétition dès les poules avec un 0/18 dans la besace…

Le joueur à suivre

Gedson Fernandes

Text de remplacement

Attention, gros talent ! Gedson Fernandes vient tout juste de quitter le noyau junior de Benfica qu'il a déjà atteint l'équipe nationale, avant d'être nommé pour le Golden Boy. C'est dire si à 19 ans (il est né le 9 janvier 1999), ce petit gars né à São Tomé e Principe, petit état insulaire situé au large du Gabon, n'aime pas perdre du temps. Sacré champion d'Europe U17 en 2016, ce pur produit de l'académie du club (qu'il a rejoint en 2008) s'est vite imposé comme une évidence au milieu aux yeux de Rui Vitoriá, le coach de Benfica. Suite à son titre européen, il débarque en fanfare au sein du noyau A lisboète deux ans plus tard. On l'a déjà dit pressé, il le confirme sur le terrain, où il ouvre son compteur buts contre le Fener. Un but hyper important étant donné qu'il permettra à son équipe de passer l'écueil turc. Déjà décisif à plusieurs reprises, le jeune international joue sans aucun complexe, faisant parler sa technique et son dribble, qu'il utilise avec la fougue qui sied si bien à sa jeunesse. Pour le canaliser, il peut compter sur Pizzi (28 ans), titulaire à ses côtés dans le quatuor médian de Vitoriá. Forcément, du côté de Lisbonne, on a blindé la clause libératoire du gamin en la faisant passer à 120 millions d'euros. Cher ? Oui, mais la courbe de progression de ce footeux grand, mais fluet, laisse présager du meilleur.

A. He.

Champions League - Benfica