Pauvre Lindsay Lohan

P. L. Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Show-biz

Elle n’aurait même plus les moyens de payer son psy

Dans l’art de se fourrer dans les problèmes jusqu’au cou, Lindsay Lohan est en train de devenir une des championnes d’Hollywood.

Condamnée à effectuer, avant la fin de cette année, 120 heures de travaux d’intérêt général à la morgue de Los Angeles et 360 heures supplémentaires dans un centre pour femmes d’un quartier pauvre, elle n’a presté en tout et pour tout que 33 heures.

Comme si cela n’énervait pas suffisamment la juge chargée du suivi de son dossier (“Terminez vos travaux communautaires et vous pourriez remettre votre vie sur les rails ”), elle sèche aussi le programme de thérapie psychologique pour voleurs à l’étalage. Raison invoquée : elle serait trop… pauvre ! N’ayant pas travaillé l’an dernier, sa police d’assurance ne la couvre plus pour les soins psychologiques. Quand on sait qu’avant ses ennuis judiciaires, elle touchait des cachets de 7,5 millions de dollars par film, l’excuse passe assez mal. Et en dit long sur son train de vie.

Si elle était réellement ruinée, elle pourrait suivre des séances collectives, nettement moins onéreuses, mais d’après son avocat, son statut de star l’en empêcherait.

Cela n’a manifestement pas ému la magistrate. “Elle connaît peut-être quelqu’un qui peut l’aider ”, a-t-elle lancé ironiquement. Résultat : Lindsay Lohan a 21 jours pour se mettre en ordre et suivre cette thérapie, sous peine de se retrouver derrière les barreaux.

Déjà condamnée pour “vol et conduite avec facultés affaiblies ”, la comédienne de 25 ans aux frasques multiples ferait peut-être bien de profiter de son temps libre pour méditer sur le parcours d’Amy Winehouse.



© La Dernière Heure 2011
Publicité clickBoxBanner