Brabant Wallon Une stratégie établie au niveau provincial pour tirer profit des atouts touristiques du Brabant wallon

Le contrat de développement territorial élaboré à la demande du collège provincial identifie le tourisme comme l’un des axes d’action intéressants pour l’avenir du Brabant wallon. Aujourd’hui, 2,2 millions de visiteurs passent chaque année par la Jeune Province, dont 1,4 million pour Walibi.

Le potentiel économique de cette activité par définition non délocalisable est important et les acteurs majeurs ne manquent pas, qu’ils soient publics ou privés : champ de bataille de Waterloo, abbaye de Villers, Fondation Folon, Walibi, musées néo-louvanistes, pôles hôteliers de qualité…

Mais on le sait, le secteur a été secoué ces derniers temps par la réforme des maisons du tourisme, qui a fait un flop destructeur. La Province a décidé de reprendre la main et une Maison du tourisme unique - pour rassembler 20 communes dans un premier temps, les 27 ensuite - est en cours de concrétisation.

Le conseil d’administration, dont la présidence a été confiée à Stéphanie Bury, finalise actuellement un dossier de reconnaissance. Un budget de 386.000 euros - dont une part communale de 0,10 euro par habitant - lui permettra d’assurer des missions de promotion et de coordination entre les divers acteurs de terrain, grâce au personnel de l’actuelle Fédération touristique du Brabant wallon, renforcé de quelques spécialistes à recruter.

Les syndicats d’initiative et les offices du tourisme, eux, restent en place sur le terrain pour assurer l’animation. "C’est une nouvelle façon de travailler, assure Mathieu Michel, le président du collège provincial. On opte désormais pour une réflexion et une stratégie globales pour le Brabant wallon. Vu les ressources du territoire et les moyens que l’on peut dégager, je suis très optimiste."