Brabant Wallon

A Grez-Doiceau, depuis l’annonce de la future majorité vendredi en fin de soirée, les choses bougent. Au sein de l’Alliance Communale, Alain Jacquet a décidé, lui aussi, de remettre sa démission. “Je suis écœuré de la manière dont les choses se déroulent actuellement. Je ne conçois pas la politique de cette manière. Pourtant, cela fait 37 ans que je suis dans le milieu, 24 ans que je siège au conseil et six années d’échevin. 

Là, la situation m’ouvre les yeux et la décision coule de source, j’arrête. Place aux jeunes, nous avons une candidate hypermotivée au sein de l’Alliance communale qui fera cela très bien. J’avoue néanmoins que je quitte la scène politique avec la gorge nouée, un gros pincement au coeur et de la tristesse…” A 54 ans, Alain Jacquet a débuté jeune la politique grâce à ses deux mentors libéraux de Grez-Doiceau, Raymond Nevers et René Rogge et bien sûr Sybille de Coster Bauchau, puis, a été d’une grande complicité avec la famille Michel : Louis, Charles et Mathieu, mais aussi Françoise Pigeolet, Anne Masson ou encore Carole Ghiot. Alain Jacquet, comme certains le disent, a le sang bleu dans les veines… 

“L’heure est donc venue pour moi de penser à ma famille, mes amis, mes passions et mes boulots. J’avoue que je ne vois pas la prochaine législature bien se dérouler. Mais je serai toujours là, pour donner un conseil aux membres de l’Alliance communale, et je serai à leurs côtés dans six ans pour la prochaine campagne. Mais, le conseil communal, c’est terminé."