Brabant Wallon

Les Verts veulent un nouveau souffle… pour une province qu’ils n’aiment guère


Ecolo Brabant wallon a présenté mercredi à Court-Saint-Etienne les 37 candidats qui seront soumis aux votes des électeurs, le 14 octobre prochain lors des élections provinciales.

Pour le district de Nivelles, le Nivellois Thierry Meunier emmènera la liste de 16 candidats. Il est suivi par Lise Jamart (Tubize), Bernard Monnier (Nivelles), Sabine Buxin (Braine-l’Alleud et Piero Amand (Genappe). La liste pour le district de Wavre compte, elle, 21 candidats et la première place a été attribuée à Véronique De Brouwer (Perwez). Bernard Gastmans (Ottignies-LLN) est en deuxième position, suivi d’Hélène Morciaux (Ramillies), Basil Gomes (Ottignies-LLN) et Siska Gaeremyn (Beauvechain).

En ce qui concerne le programme, les Ecolos ont un objectif: donner un "nouveau souffle" au Brabant wallon en faisant de la province une vitrine du développement durable et un exemple en matière de transition écologique.

L’institution provinciale étant manifestement en sursis si on suit les intentions du Gouvernement wallon - et les Ecolos prônent également la suppression des provinces qu’ils considèrent comme un niveau de pouvoir intermédiaire qui n’a plus guère de pertinence -, les Verts ne se sont pas embarrassés de savoir si les propositions de leur programme entraient ou pas dans les compétences provinciales. "On s’est focalisé sur le territoire, sur la dynamique qu’on peut insuffler à cette échelle avec une vue globale de la situation", confirme Thierry Meunier.

D’où des propositions en matière de mobilité, par exemple, qui envisagent de rouvrir certaines petites gares et d’augmenter la fréquence des trains. En ce qui concerne l’énergie, les Verts se veulent ambitieux avec le développement de la biomasse, du solaire et de l’éolien de manière à auto-produire la totalité de l’électricité du Brabant wallon avec du renouvelable en 2015. En matière économique, le soutien aux activités non délocalisables est recommandé, Ecolo déplorant que le Brabant wallon soit trop dépendant actuellement des grands groupes, en particulier du domaine pharmaceutique.

Un programme qui pourrait laisser croire qu’Ecolo ne tient pas absolument à se retrouver dans la prochaine majorité provinciale ? "Pas du tout: on ne se présente pas à une élection pour rester dans la minorité !, répond Thierry Meunier. Nous avons un programme ambitieux et le contrat de développement territorial réalisé récemment à la demande du collège provincial est un document magnifique, qui fait divers constats en matière d’économie, de mobilité, de vieillissement de la population, etc. Ce qu’on va faire avec ça, c’est l’enjeu de la prochaine législature: nous sommes dans cette philosophie en dépassant le cadre provincial."