Brabant Wallon

Le Ramillois l’avait enfermée dans une pièce close à l’aide d’un cadenas

Un nouveau cas de violences intrafamiliales a été mis au jour, mercredi soir, en Brabant wallon. Avec la particularité qu’il met aux prises un nonagénaire et sa compagne de 89 ans.

Les faits ont été révélés mercredi soir mais ils pourraient dater depuis plusieurs jours déjà : l’homme, âgé de 91 ans, est aujourd’hui soupçonné d’avoir séquestré sa compagne dans une pièce de son habitation de la rue aux Renards, à Ramillies, une petite commune de l’est brabançon wallon. Il a été interpellé et auditionné dans la journée de jeudi.

Les faits ont été mis au jour mercredi par la fille de la victime. Venue rendre visite à ses parents, elle a constaté les conditions déplorables dans lesquelles l’octogénaire se trouvait. La dame était alitée dans une chambre qui était fermée à clef à l’aide d’un cadenas.

Sans aucune possibilité de sortir, la victime est probablement restée durant plusieurs jours dans la même pièce. "Le nonagénaire l’aurait enfermée depuis un certain temps dans une pièce dont l’accès avait été bloqué", confirme le parquet du Brabant wallon.

Lequel précise que plusieurs traces de coups, confirmés par un médecin-légiste, ont été relevées sur le corps de la victime. Probablement donnés par le Ramillois. "C’est leur fille qui, après avoir prêté main-forte à sa maman alitée, a interpellé les forces de l’ordre", précise-t-on au parquet brabançon.

Lors de son audition par un juge d’instruction, le nonagénaire a pourtant prétendu ne pas comprendre ce que la justice lui reprochait. Son épouse souffre d’une incapacité estimée à au moins huit jours. Le dossier a été mis à l’instruction.

Une expertise psychiatrique devrait être réalisée sur la personne du Ramillois pour déterminer son état psychologique, s’il peut être considéré comme irresponsable de ses actes ou s’il avait parfaitement conscience de ce qu’il faisait.