Brabant Wallon Le plan communal de mobilité a été présenté hier. Il sera prochainement soumis à enquête publique

Après plusieurs mois de travail, les autorités wavriennes ont présenté, hier, le plan communal de mobilité de la Cité du Maca. Un document qui permettra d’orienter les futures décisions du conseil communal mais qui n’a aucune valeur réglementaire. "Il servira de guide et de carnet de croquis à destination des services communaux et de leurs partenaires durant une dizaine d’années , précise l’échevin de la Mobilité, Luc Gillard. Il ne s’agit donc pas juste d’un catalogue de bonnes intentions, comme certains ont pu le faire entendre par le passé."

Objectif final : améliorer une mobilité aujourd’hui rendue très compliquée, principalement en heures de pointe et de sorties d’école. Il faut dire qu’en moyenne, près de 8.200 véhicules fréquentent chaque jour le centre-ville de Wavre. Dont 1.850 que l’on peut considérer comme du trafic uniquement de transit.

Ce plan de mobilité s’articulera autour de sept axes sans qu’aucun délai ni budget n’aient été avancés par les autorités communales. En voici les grandes lignes.

1La commune veut dissuader les automobilistes wavriens d’emprunter "systématiquement la voiture pour toutes les distances". Comment ? En favorisant la mobilité douce et les déplacements à pied, notamment via la création de nouveaux cheminements cyclables et pédestres sécurisés.

2La sécurisation des espaces publics. Les responsables de l’étude ont constaté que des vitesses excessives sont enregistrées de manière récurrente dans certains quartiers. Le PCM préconise la mise en place de zones 30, la sécurisation de carrefours et la mise en place d’éléments ralentisseurs.

3Améliorer le réseau de transports en commun. Cela passe par la création d’une nouvelle gare et de nouveaux arrêts pour les Tec ainsi que la création de parkings vélos permettant aux usagers de s’y rendre autrement qu’en voiture.

4Améliorer la mobilité scolaire pour éviter que des automobilistes se rendent dans le centre-ville uniquement pour y déposer leurs enfants. Des points de dépose à distance devraient être créés. Tout comme des parkings à vélos devant les écoles pour inciter les élèves à se rendre en vélo à l’école.

5Une réorganisation du stationnement. Les auteurs de l’étude ont constaté que beaucoup d’automobilistes tournaient trop longtemps dans Wavre à la recherche de places de stationnement. Le PCM postule qu’il n’est pas nécessaire d’ajouter des places, mais qu’il est important d’assurer un turn-over plus important. Il faudra pour cela maximiser les parkings de faible durée (2 heures maximum) et renvoyer les automobilistes qui se garent pour une journée vers les parkings périphériques.

6Une meilleure organisation du réseau routier. Avec notamment la concrétisation du contournement de Wavre, ou la suppression de passages à niveaux (Lire ci-dessous).

7Un développement cohérent du territoire. Les autorités conviennent que la commune est en croissance. Et qu’il est important de prendre en compte la création de nouveaux quartiers et l’arrivée de centaines de nouveaux habitants pour aborder l’avenir de la cité du Maca en matière de mobilité.

Un nouveau pont sur l'E411

Parmi les mesures qui permettront d’améliorer la mobilité à Wavre, plusieurs connaissent un état d’avancement assez important.

Le contournement. Le prolongement de la chaussée des Collines vers la N25 devrait soulager une nationale 4 totalement congestionnée en heures de pointe, en la déchargeant des automobilistes se rendant vers ou en provenance de l’est du Brabant wallon. L’étude d’incidences est en cours de finalisation auprès de l’IBW. Si les autorités communales ne s’avancent pas sur un délai, on ose, toutefois, espérer le début des travaux pour la fin 2018.

Les travaux de contournement devraient permettre de décongestionner le carrefour dit du Fin Bec, au croisement entre la chaussée de Louvain et la N4. Selon le bureau d’études Agora, on pourrait y compter 20 % de véhicules en moins une fois le contournement de Wavre opérationnel. Le phasage des feux pourrait être aussi revu pour améliorer la fluidité en heures creuses. "En heures de pointe, par contre, la saturation est telle que l’on ne pourra pas changer les choses, confie Paul Plak, du bureau Agora. Et y créer un rond-point n’apporterait pas de solution. Seul le contournement permettra de soulager ce carrefour."

Un nouveau pont devrait être créé au-dessus de l’autoroute E411, à hauteur de l’AC Bierges. Celui-ci devrait permettre aux automobilistes venant de Namur et se rendant vers Bierges, d’éviter l’actuel pont, totalement engorgé par les automobilistes se rendant vers le zoning nord de Wavre. Un budget a été débloqué par la Région wallonne. Les travaux pourraient débuter dans l’année, voire au printemps 2018.

Une nouvelle gare des bus devrait être créée pour faciliter la mobilité des bus et inciter davantage les automobilistes à emprunter ce type de transport.

Le carrefour à feux de la chaussée des Collines avec la rue de Wavre serait supprimé. En lieu et place, un tunnel pourrait être créé sous la chaussée des Collines.

Supprimer les passages à niveau

L’un des points noirs de la cité du Maca en matière de mobilité, c’est le nombre important de passages à niveau qui traversent son centre-ville. On en compte, en effet, huit espacés de quelques centaines de mètres. Et ceux-ci créent la pagaille aux heures de pointe. Il a, par exemple, été calculé par le bureau d’études Agora que le passage à niveau de la chaussée de Bruxelles était fermé 29 % de son temps en journée !

L’une des solutions proposées serait de déplacer les quais des gares de quelques dizaines de mètres. Ce qui permettrait au passage à niveau de se relever quand un train est en gare. Ce qui n’est pas possible pour l’instant.

Ensuite, une deuxième phase consisterait à fermer plusieurs passages à niveau et à les remplacer par des ponts. C’est envisagé pour les passages à niveau de la rue de la Wastinne et de la route provinciale, qui seraient remplacés par un pont près de l’E411. C’est aussi envisagé, depuis plusieurs années, à Limal où le passage à niveau de la rue de la Station pourrait être supprimé.

Le gestionnaire du réseau ferroviaire belge, Infrabel, a été contacté pour étudier ces possibilités.