Brabant Wallon

Plusieurs rues du centre d'Orp-le-Petit ont été envahies par la boue

Après l'orage qui a traversé le pays dans la soirée de dimanche, l'heure était au bilan et au nettoyage, lundi matin en Brabant wallon. Si la province a encore été relativement épargnée, l'incendie qui a touché l'ancienne école normale de Nivelles aura marqué les esprits. Mais c'est surtout du côté d'Orp-Jauche que la nuit aura été longue. Le centre d'orp-le-Petit a en effet été envahi par les coulées de boue.

A chaque fois que le ciel est menaçant, que l’orage gronde, certains habitants ont d'ailleur du mal à contenir leur crainte. C’est que la commune est touchée bien trop souvent par les inondations et autres coulées de boue. Ce dimanche en fin de journée, à nouveau, quelques rues ont été touchées. Et malheureusement, comme souvent, ce sont les mêmes qui trinquent!

Les rues de la Station et Henri Grenier font parties du lot. Depuis hier soir, la mobilisation est réelle. La solidarité a une nouvelle fois été réelle avec les aides sur le terrain et les propositions pour venir nettoyer.

Alexandre a passé une partie de la nuit à venir en aide à certains riverains, Géraldine a multiplié les propositions de service. Mais cette fois, les habitations ont été en général préservées, ce sont principalement quelques garages et entrepôts qui ont été touchés…

Les habitants, forcément, pestent. L’état des égouts pose question. Marcel évoque des égoûts peu entretenus. « Le service des Travaux n’a pas assez de temps pour les nettoyer. Résultat, on les trouve trop souvent bouchés… Et quand il pleut comme hier, ils n’arrivent pas à suivre. Mais il faut quand même reconnaître que je ne suis pas certain qu’ils pourraient le faire face aux coulées de boue… »

L’heure est au nettoyage, les appareils haute pression fonctionnent à plein régime, avec l’aide des ouvriers communaux et des pompiers. Balayeuses et tracteurs sont à l’oeuvre

Les agriculteurs sont eux aussi pointés du doigt… « Ce sont toujours les fermiers qui nous emm…. Avec leurs champs, c’est infernal… », peste un Orp-Jauchois.

Emmanuel Vranckx, conseiller d’opposition MR mais aussi agriculteur, réagit. « On ne peut que déplorer la situation. Des mesures sont prises, des dispositifs sont prévus. De manière générale, il faut quand même signaler que les agriculteurs sont favorables. Ils acceptent des aménagements sur leurs biens, et parfois, ils n’ont pas le choix avec des décisions plus catégoriques. Ce n’est pas de gaieté de coeur que cela se passe ainsi. Orp-Jauche, ce sont 75% de terres agricoles, donc il est logique que l’eau provienne des terres… C’est aussi cela la ruralité. Ces coulés de boue, on les subit aussi. La couche de terre qui s’en va, c’est de la bonne terre. On subit aussi des préjudice mais loin de moi l’idée de minimiser l’impact et les conséquences pour certains habitants… »

Une solution naturelle est aussi évoquée par une riveraine. « Pourquoi n’utilise-t-on pas la réserve du Paradis pour y recevoir les eaux qui s’écoulent lors des intempéries…? »

Une autre question qui se posait était de savoir si la qualité de l’eau du robinet était correcte. Das le doute, mieux vaut s’abstenir! Ce soir, au conseil, le point sur un nouveau dispositif rue de Thines ne devrait pas poser de problème à être accepté.