Brabant Wallon

La 47e édition du carnaval d’Hélécine a eu lieu ce weekend.

Après les averses de la matinée, le soleil est réapparu à Hélécine sous le coup de 14 h, juste à temps pour le début du cortège carnavalesque. C’est le géant Maximilien, rappelant Maximilien Ruelens, le premier prince carnaval en 1972, qui a ouvert la marche à 14 h 11, heure des fous. Il était suivi de 37 groupes carnavalesques qui ont défilé devant la cour princière, installé à bord de leur char.


Dans le cortège, on retrouvait, bien évidemment, les marins de « Vod’Kamardes », les Écossais et leur bus à impériale des « Meneûs d’Arèdje », « Les boulangers », ou les Macrales d’Hélécine. Ces comités locaux ont pu compter sur la présence de nombreuses troupes flamandes comme celles de Saint-Trond, Hoegaarden et Leuven. « Nous avons beaucoup de demandes pour participer à notre carnaval », nous a expliqué Eddy Branckotte, secrétaire d’« A Mon Nos Autes », le groupe organisateur du carnaval. « On privilégie toujours les anciens participants. Cette année, nous avons les géants de Tirelemont qui nous ont rejoints pour la première fois », a-t-il ajouté.

Tout au long du parcours, ils ont distribué de nombreux cadeaux aux enfants : bonbons, pop-corn, mais aussi ballon et nounours. Par contre pas de confetti ; les autorités communales les ont interdits depuis 2015, pour des raisons écologiques. « Un carnaval sans confetti, c’est comme des frites sans mayonnaise », a lâché le patron du Saint-Sulpice, le café du village. Une phrase devenue un slogan pour ceux qui souhaitent le retour des petits papiers de couleurs. Cela n’a, toutefois, pas empêché la fête de battre son plein tout au long du weekend.