Brabant Wallon Le chef de corps évoque le bilan 2016, entre satisfactions et frustrations…

"Je suis très mitigé par rapport aux résultats !" À l’heure du bilan 2016 de sa zone de police des Ardennes brabançonnes, Laurent Broucker, le chef de corps, reste un peu sur sa faim… "On enregistre pourtant une baisse des faits en matière de criminalité de 7 % ! Mais en y regardant de plus près, je note de gros écarts entre certains faits… Là où je suis très frustré, c’est au niveau des cambriolages avec une hausse de 12 %…Il faut dire que notre territoire a été ciblé par une organisation serbe de fin octobre à mi-décembre. Sans cette bande, nous aurions été largement en deçà de ces chiffres…"

La zone de police , une fois les faits détectés, a pourtant multiplié les patrouilles de dissuasion mais aussi anonymes. "On a été très près à plusieurs reprises sans pouvoir les intercepter tout de suite…"

L’autre phénomène est la violence intrafamiliale. "Je note des réactions plus promptes de nos services. On verbalise plus vite et cela joue sur les suites. Un suivi est mis en place et cela semble fonctionner, se réjouit le chef de corps. Avant, on avait plus tendance à montrer le gros doigt…"

D’autres chiffres sont mis en avant par Laurent Broucker. Ainsi, on relève moins 3 % en matière de vandalisme mais aussi concernant les affaires de stupéfiants… "Les contrôles continuent à être effectués. Mais les recherches se concentrent principalement sur ceux qui revendent."

Au niveau PLP (partenariat local de prévention), il y en a 6 qui fonctionnent relativement bien. "Le seul souci est qu’il y a lieu de mieux appuyer les agents de quartier du point de vue structurel. Il y a aussi l’appel 101. Il ne faut plus avoir peur de déranger, ce n’est pas le cas ! J’apprécie aussi les partenariats avec les administrations, qui développent de meilleurs suivis avec le citoyen !"