Brabant Wallon

Le président de la Fédération socialiste du Brabant wallon, Dimitri Legasse, a présenté ses voeux pour 2018

La fédération socialiste du Brabant wallon, lors des vœux organisés samedi à Louvain-la-Neuve, a évoqué son bilan à la tête de la province depuis cinq ans. Un bilan dont le PS peut être fier, a indiqué la députée provinciale Isabelle Kibassa-Maliba en évoquant notamment l’enseignement, qui représente la moitié du budget provincial. Une collaboration avec le Forem a permis de lancer de nouvelles filières, la plateforme Go2reve a rapproché le monde scolaire et celui de l’entreprise, et un nouveau CEFA a été créé à Tubize.

“Durant cinq ans, nous avons imprimé un caractère citoyen et solidaire à l’institution provinciale, dans un contexte institutionnel nouveau, a-t-elle affirmé. Rappelez-vous que nous sommes passés de six à quatre députés provinciaux, en gardant l’entièreté des compétences. La Province souffre d’être méconnue, alors que son rôle est essentiel. Dans l’interactivité avec les communes, la Province a sa place.”

Le président de la Fédération socialiste du Brabant wallon, Dimitri Legasse, a pris le relais au micro en défendant lui aussi la Province à l’heure où certains évoquent sa suppression, et plaidant plus particulièrement pour l’institution telle qu’elle a été repensée en Brabant wallon depuis 2012.

Un modèle qui devrait inspirer ceux qui veulent une réforme, selon le député régional. C’est que pour lui, le Brabant wallon a une taille humaine, et travaille en toute transparence. L’appui provincial aux communes, dans le cadre des actions de supracommunalité, est la voie à suivre pour le PS.

Dimitri Legasse a d’ailleurs indiqué samedi que le travail avec le partenaire MR pouvait être poursuivi. En clair, le PS est d’accord pour prolonger cette alliance au niveau provincial après 2018. La tradition a tout de même été respectée avec quelques pierres lancées en direction de ses homologues Jean-Paul Wahl (MR) et André Antoine (CDH).

“Aujourd’hui, les vieux mâles blancs du Brabant wallon ne se disputent plus : papy Jean-Paul et pépé Antoine s’aiment. Ne dit-on pas qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ? Et en la matière, le CDH…”