Brabant Wallon Via Georges Gilkinet, les verts ont interrogé le ministre de la Défense

Quoi de plus logique que de s’adresser au ministre de la Défense Steven Vandeputte lorsqu’il s’agit d’avoir les informations nécessaires au sujet de l’abattage annoncé de plus de 50 hectares d’arbres sur la base aérienne de Beauvechain…

Du côté d’Ecolo, on a chargé Georges Gilkinet de poser les questions au ministre qui n’a pas manqué de répondre… "Des informations reçues de l’état-major, il ressort que le projet concerne des opérations d’entretien et de réhabilitation de certaines zones boisées et herbeuses en friche, confie le ministre . Il s’agit d’un projet réalisé en étroite concertation et collaboration avec le Département de la Nature et des Forêts. Il vise, d’une part, à améliorer la sécurité aérienne et, d’autre part, à améliorer la sécurité de la clôture autour de la base et principalement, aussi, à entretenir les zones vertes. Les zones déboisées seront, dans leur majorité, replantées. Le projet n’est figé ni dans son ampleur, ni dans les zones concernées, ni dans les échéances d’exécution. Des échanges sont en cours avec les autorités communales et j’ose espérer qu’ils pourront se conclure positivement."

Une réponse qui , si elle semble laisser entendre que le dialogue reste possible, ne rassure pas entièrement. D’autant plus lorsque l’on sait que la DNF a déjà fait savoir qu’elle ne s’était pas opposée à la Défense même si elle ne partageait pas totalement son point de vue…

Georges Gilkinet a d’ailleurs indiqué au ministre qu’il ne contestait évidemment pas la nécessité d’entretien et de sécurisation d’un site militaire. "Quant à l’ampleur et aux zones concernées, je prends acte du fait qu’il y a encore une ouverture et un dialogue avec la commune. Ce dialogue existe déjà. À ce stade, il n’a pas rassuré les intéressés. J’espère qu’en bout de course, à l’issue de ce dialogue, nous pourrons effectivement trouver un équilibre entre la préoccupation légitime de la sécurisation d’un site militaire et la préoccupation tout aussi légitime de la préservation du cadre de vie et de la biodiversité."