Brabant Wallon La pose de gros graviers empêche les usagers d’y circuler en vélo

Il a suffi d’une publication sur les réseaux sociaux pour relancer un débat cher à Ecolo Beauvechain, les chemins cyclables qui… ne le sont pas ! Bien malgré lui, le conseiller de majorité Benjamin Goes a posté une photo où l’on voit un bien joli sentier arboré. Très bucolique, il n’en reste pas moins que la photo fait débat… La raison ? Le revêtement de ce sentier : du gros gravier. "Recouvrir tout ce chemin d’une épaisse couche de gros gravier impraticable en vélo (même en VTT), en poussette ou encore en trottinette, c’est dommage," s’est exprimé un habitant.

Si ce chemin était en assez mauvais état à chaque fois que la météo était mauvaise, ce n’est pas tous les jours non plus que Beauvechain subit de grosses pluies…

Selon les utilisateurs, il était moins impraticable qu’à présent avec les graviers. De quoi lancer un débat et des propositions, comme celle d’une bonne dolomie de qualité bien tassée ou de la terre battue…

Ecolo Beauvechain a pris la balle au bond, puisque les verts ont déjà à de multiples reprises signaler l’information et demander des solutions… "Encore un exemple de piste ‘cyclable’ impraticable pour les vélos à Beauvechain… Les gros graviers rendent impossible la circulation, sauf si on veut risquer la chute. Pourtant les panneaux indiquent que c’est un sentier pour les cyclistes… incompréhensible ! J’invite le collège communal à une balade à vélo sur tous ces chemins pour se rendre compte du problème. Les points-noeuds, c’est super, mais les panneaux ne sont pas en accord avec la réalité du terrain," dénonce Saskia Gaeremyn, conseillère d’opposition.

L’intéressée souligne par ailleurs avoir déjà à moult reprises avisé le conseil communal de cette situation déplorable, mais rien n’y a fait jusqu’à présent… Et si l’initiative des points-nœuds de la province est, selon Saskia, une excellente chose pour les usagers faibles, il n’en reste pas moins que cette signalétique qui dirige les cyclistes sur des voies non praticables est un non-sens.

Alors, puisque par les temps qui courent, les réseaux sociaux touchent pas mal de monde et suscitent les débats, c’est via ce canal que le sujet a été relancé en espérant cette fois une avancée significative et des solutions pour les cyclistes. Et visiblement, Ecolo a atteint son but, puisque l’échevin des Travaux Raymond Evrard a réagi, déplorant l’utilisation de Facebook pour régler ce dossier. (voir ci-contre).

Au final, une solution devrait néanmoins être trouvée, dans l’intérêt de tous.