Brabant Wallon Le 4e recours introduit par les défenseurs annule l’octroi du permis à ENECO

On a le sourire du côté des défenseurs de la Plaine de Boneffe. En effet, pour la 4e fois (un record pour les recours sur les permis éoliens en Belgique) en 10 ans, le Conseil d’État vient de dire non aux éoliennes dans la Plaine de Boneffe.

L’arrêt du 15 janvier 2018 donne ainsi raison aux institutions qui ont introduit un recours en mai 2017, à savoir la commune de Ramillies mais aussi Plaine de vie ainsi que Natagora. Le permis octroyé par le ministre Di Antonio à la filiale belge de la société hollandaise ENECO d’implanter 9 mâts éoliens ne passera donc pas.

Le Conseil d’État a retenu plusieurs argumentations présentées par les opposants et a donc cassé le permis après avoir estimé que le ministre Di Antonio l’a délivré sans tenir compte des avis émis par les instances officielles qui l’ont pourtant mis en garde de nombreuses fois face à l’impact significatif et non compensable sur plusieurs espèces d’oiseaux

Le ministre Di Antonio pouvait s’écarter des avis de ces instances officielles et spécialisées mais il devait alors justifier les éléments qui lui permettaient de contourner ces recommandations. Et c’est là que le bât a blessé : les justifications apportées par le ministre ont été jugées irrecevables par le Conseil d’État.

Du côté de Plaine de vie, on se félicite de ce positionnement du Conseil d’État. "Nous sommes convaincus que la défense de la Plaine de Boneffe est méritée. Nos quatre combats juridiques le prouvent : ils n’ont pas été vains et nous espérons qu’enfin, un peu de lucidité va gagner les décideurs politiques de ce dossier."

Pour Plaine de vie, défendre la Plaine de Boneffe, c’est défendre l’environnement, c’est défendre l’écologie. "Nous en sommes convaincus. Lorsque plusieurs instances officielles, reconnues et spécialisées, subsidiées par le gouvernement wallon, sont unanimes pour implorer le ministre de préserver la Plaine de Boneffe en tant que zone environnementale hautement sensible et ce malgré les enjeux admis par tous en matière d’énergie renouvelable, il faut que le ministre admette que ces avis sont fondés et que les recommandations des spécialistes environnementaux doivent être appliquées."

Sur le site Plaine de vie, après l’annonce de la décision du Conseil d’État ce jeudi matin, on pouvait lire, en conclusion, cette citation qui résume l’état d’esprit dans lequel le collectif bataille depuis une décennie : "Il y a 150 ans déjà, Jean- Napoléon Vernier disait : ‘ La nature est un beau livre, ouvert aux regards de tout le monde; malheureusement, il en est peu qui le lisent et encore moins qui le comprennent .’"

ENECO va-t-il introduire une nouvelle demande pour un nouveau permis avec la nécessité dès lors de recommencer la procédure à zéro donc, avec une nouvelle étude d’incidences, une nouvelle enquête publique et un nouveau dossier de demande de permis ? "Seul l’avenir nous le dira…"